Le maire de Curepipe en guerre contre des membres de son administration

Avec le soutien de

Le maire de Curepipe, Michael Sik Yuen, a consigné une déposition contre trois officiers du bureau sanitaire de son administration qu’il accuse de falsification.

Il les accuse, dans sa déposition en date du dimanche 8 février, d’avoir falsifié le registre des présences. Après l’objectif d’assainir la ville de Curepipe, le maire s’active maintenant au nettoyage au sein de son administration.

Ce sont les appels récurrents d’une Curepipienne en colère qui ont mis la puce à l’oreille de Michael Sik Yuen, maire de Curepipe. Cette dernière se serait plainte que des commerçants faisaient passer de la viande frigorifiée pour de la viande fraîche au marché de Curepipe. «J’ai trouvé cela étrange, car ce n’est pas la première fois que cette femme se plaint», explique Michael Sik Yuen. Il décide ainsi de confier ce dossier aux inspecteurs du bureau sanitaire de la mairie.

Mais la Curepipienne téléphone à nouveau au maire, le samedi 7 février, pour l’informer que rien n’a été fait. «J’ai alors demandé à un autre inspecteur de s’occuper de ce dossier, sans l’informer que j’allais me rendre sur les lieux dans l’après-midi. Quand je suis arrivé sur les lieux, j’ai découvert que rien n’a été fait», raconte Michael Sik Yuen.

A 17h ce samedi-là, il décide de se rendre au bureau sanitaire pour recevoir des explications, mais tous les officiers avaient déjà quitté leur lieu de travail. «Mais ils sont censés terminer à 18h. J’ai alors posté un des mes conseillers au bureau sanitaire au cas où les officiers du sanitaire retourneraient et je suis parti faire le guet devant la station de police. Car, ils doivent y déposer leur registre de présence. Mais je n’ai vu personne entrer», confie le maire. C’est alors qu’il va s’enquérir auprès d’un policier qui lui informe que le registre a déjà été déposé par les officiers. Or, il s’avère que ces derniers ont falsifié le registre pour faire croire qu’ils se trouvaient toujours au bureau à 18 heures alors qu’ils étaient déjà partis.

«C’est un vol de l’argent des contribuables ! Car c’est cet argent qui est utilisé pour payer ces officiers», s’indigne le maire, qui consigne aussitôt une déposition au poste de police pour dénoncer cette falsification.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires