Le lord maire Mahmad Khodabaccus : «Plus aucune rue dans la capitale ne changera de nom»

Avec le soutien de

Lors de la séance trimestrielle du conseil municipal de Port-Louis tenue le mercredi 26 janvier, le lord maire Mahmad Khodabaccus a décidé qu’aucune rue de Port-Louis ne changera de nom dorénavant. Il s’agit, pour lui, avant tout de sauvegarder la portée culturelle et historique des noms actuels.

Un conseil municipal et deux changements de nom de rue. A commencer par celui de la route Balisage à Roche-Bois, qui portera désormais le nom de Mario Flore Modliar ancien président du Muvman&nbsp Kreol Afrikin et ancien&nbsp dirigeant de la Port-Louis&nbsp Harbour &amp Docks Workers Union (PLHDWU), décédé à l’âge de 57 ans.

C’est le conseiller Fréderic Solamalay qui a tenu à honorer la mémoire de Mario Flore. De plus, le centre municipal de Roche-Bois connait également une nouvelle appellation et devient le centre municipal Mario Flore Modliar.
En outre, une partie de la rue Canal Bathurst à Port-Louis sera désormais connue comme la rue Iboo Khameery, qui était un pionnier dans l’enseignement islamique à Plaine-Verte, vers 1947.

Toutefois, le lord maire a déclaré à la fin du Conseil que plus aucune rue ne changera de nom dorénavant. Le conseiller Salim Abasmamode a également présenté une motion pour que le centre municipal à St François, porte le nom d’Abdu Hamid Goolam Mohamed Issack, député de 1959 à 1963, conseiller municipal de 1951 à 1953, écrivain et travailleur social.

Fezal Boodhoo, ancien membre du Hizbullah et ancien conseiller du Parti Travailliste, a fait une interpellation sur la collecte des dettes de la mairie par le panel d’avoués. Il a avancé que cet argent accuse du retard pour arriver dans les caisses de la mairie.

Le Lord maire Mahmad Khodabaccus a répliqué que ce n’est plus la pratique depuis 2007 et qu’il s’agit à d’un cas isolé. En général, il se dit satisfait du panel d’avoués chargés de cette collecte de dettes.

Lors de cette séance, un comité technique a également été mis sur pied pour la rénovation du théâtre de Port Louis, et qui sera présidé par le Lord maire

Par ailleurs, le conseiller municipal Bashir Nazeer a apporté une motion soulevée le 29 octobre 2009 et qui concerne l’installation de chauffe-eau solaire sur les maisons et autres bâtiments en construction.

Suite à la signature d’accord de coopération sur le développement durable lors du séjour du Premier ministre, Navin Ramgoolam, à La Réunion, Il est d’avis que les collectivités locales doivent prendre des mesures courageuses et les légaliser.

«Il faut dès le départ, en délivrant&nbsp des permis de construction de maisons ou autres bâtiments, leur imposer l’installation des chauffe-eau solaire. Les collectivités locales doivent s’armer d’avantage et toujours en marge du concept Maurice Ile Durable, il nous faudra commencer par l’installation de panneaux photovoltaïques à la mairie et les étendre à nos deux piscines à Plaine Verte et à Les Salines, afin de ne plus dépendre de l’électricité», a-t-il déclaré.

Quant à l’ancien maire Mahen Goondea, il a déploré le fait que le mur du store municipal à la rue la Poudrière, en état de dégradation, soit toujours un danger public, en dépit d’un rapport qui l’atteste.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires