Le kreol au Parlement sera considéré une fois la grammaire complétée, indique Ramgoolam

Avec le soutien de

Les membres du Parlement devront prendre leur mal en patience avant de voir l’introduction du kreol à l’Assemblée nationale. Une tâche qui ne s’annonce guère facile, a indiqué le Premier ministre au parlement ce mardi 14 juin.

L’introduction de la langue kreol à l’Assemblée nationale&nbsp n’est pas pour demain. Toute une série d’implications doit être prise en considération avant de venir avec cette proposition au sein de l’hémicycle.

C’est la réponse faite par Navin Ramgoolam à une question du député Rajesh Bhagwan, ce mardi 14 juin au Parlement, lors de la séance des questions réservées au Premier ministre.

Le whip de l’opposition voulait savoir si le gouvernement a l’intention d’amender la loi existante, en vue de l’introduction du kreol à l’Assemblée nationale. Le chef du gouvernement a alors avancé que la langue officielle au Parlement reste l’anglais, mais que ses membres peuvent également s’adresser en français.

Il a aussi ajouté que dans une précédente réponse datée du 1er avril 2008, il avait déjà soulevé le fait que toutes les implications que cela comporte seront examinées, mais que le kreol est en train d’être intégré graduellement dans le paysage linguistique mauricien. Navin Ramgoolam n’a pas manqué de revenir sur le discours programme 2010-2015 à ce sujet, mentionnant en outre que le ministère de l’Education travaille d’arrache-pied pour l’introduction du kreol comme sujet optionnel au primaire.

Navin Ramgoolam a aussi soutenu que la question de permettre l’usage du kreol au Parlement sera&nbsp considérée, qu’une fois l’exercice de standardisation de la grammaire de la langue terminé. Ce qui a suscité pas mal de réactions de la part de l’opposition, qui se montre en faveur de cette proposition.

Le leader de l’opposition, Paul Bérenger, est ainsi intervenu pour rappeler à Navin Ramgoolam que le kreol était utilisé dans les municipalités dans le passé. Ce dernier a alors indiqué que les clauses dans la loi, auxquelles se réfèrent régulièrement les membres du Parlement, figurent entre autres obstacles à cette introduction.

A une question supplémentaire de Rajesh Bhagwan, Navin Ramgoolam a pris en exemple une interview du linguiste Dev Virahsawmy. Citation à l’appui : « Oui, le kreol doit être introduit au Parlement. Mais avant cela, il y a tout un travail à faire».

De son côté, le député Steve Obeegadoo a&nbsp demandé au Premier ministre s’il est au courant que le kreol a déjà été standardisé et que la grammaire a déjà été complétée et lancée par le ministre de l’Education. Avant de lui demander quelles autres entraves se posent désormais.

A celui-ci de répliquer que la grammaire n’est pas complète encore et de lancer une fois de plus que toutes les implications pour l’introduction du kreol au Parlement devront avant tout être prises en compte.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires