Le Feng Guo 168 : les forces navales européennes écartent la thèse de piraterie

Avec le soutien de

Le «FV Feng Guo 168», bateau taïwanais pêchant dans les eaux mauriciennes n’a pas été la cible des pirates Somaliens. C’est l’affirmation des forces navales européennes stationnées dans le Golfe d’Aden.

La disparition momentanée du FV Feng Guo 168 dans les eaux mauriciennes ne serait en fin de compte qu’un acte de mutinerie. En tout cas, il n’y plus de place à la thèse d’une attaque de pirates somaliens. C’est en tout cas ce qu’avance le porte-parole des forces navales européennes basées dans le Golf d’Aden, rapporte l’Associated Press.

Sur son site web www.eunavfor.eu, l’European Naval Force Somalia indique qu’il ne s’agit aucunement d’un acte de piraterie et que les 14 membres d’équipage sont sains et saufs. C’est une bonne nouvelle pour la flottille européenne car les pirates somaliens sont accusésd’avoir pris 17 navires à ce jour, ce qui totalise 369 otages.

Plus tôt, à Taipeh, le ministre taïwanais des Affaires étrangères faisait ressortir être toujours dans le flou quant à ce qui était advenu du navire. Il ressort que c’est le propriétaire qui a faussement déclaré que son bateau avait été piraté, n’ayant pas eu de ses nouvelles deux jours durant, ce depuis mercredi.

Vendredi matin, en tout cas, le commissaire de police, patron des gardes-côtes par extension, a révélé que le capitaine du Feng Guo 168 a pris contact avec son agent local, le Mercor, vers les 8 heures. Dhun Iswur Ramparsad participait alors à un exercice anti-piraterie sur deux bâtiments de guerre indiens aux larges de Port-Louis.

Le « longliner » fait donc route vers Port-Louis, ce qui a été confirmé par le centre de contrôle des gardes-côtes ainsi que le Dornier, l’avion de cette unité qui a été appelé à survoler le navire. Le Feng Guo 168 va mouiller dans la rade de Port-Louis d’ici dimanche après-midi.

Les Casernes centrales a déjà constitué un comité d’accueil composé de limiers du Central CID et de la CID du Port pour savoir pourquoi le bateau n’a pas donné signe de vie deux jours durant, ce qui a donné des sueurs froides aux autorités mauriciennes, surtout qu’elle accueille en ce moment une conférence internationale sur la piraterie.

En tout cas, le FV Feng Guo 168 aura eu le mérite de mettre Maurice sur la carte du monde ces derniers jours. Le bateau ayant été présenté, à tort, comme le tout premier navire piraté dans les eaux territoriales mauriciennes. En l’occurrence, à environ 200 miles nautiques au nord de Maurice, à proximité de Tromelin.

Enregistré dans le Tungkang Pingtung County, un port au sud de Taiwan, le chalutier a à son bord huit marins pêcheurs vietnamiens, deux d’origine indonésienne et trois de nationalité chinoise alors que le capitaine est Taïwanais.&nbsp

&nbsp

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires