Le discours programme 2010-2015 au placard : le MSM conserve ses projets gouvernementaux

Avec le soutien de

Le nouveau discours programme de l’alliance gouvernementale sera prononcé le lundi 16 avril. Toutefois, qu’en est-il de ces projets restés en suspens du « programme 2010-2015 » de l’alliance Part Travailliste/Parti mauricien social démocrate/Mouvement socialiste militant ?

Unité, Egalité et Modernité. C’est sur ce slogan que, selon Navin Ramgoolam, reposait la philosophie même du programme de l’Alliance de l’Avenir, lu en juin 2010 par sir Anerood Jugnauth, alors président de la République. Presque deux ans plus tard, le Premier ministre officialise la prorogation du Parlement ainsi que la présentation d’un nouveau discours programme.

La présidente de la République par intérim, Monique Ohsan-Bellepeau, en fera la lecture demain, lundi 16 avril, au Sir Harilall Vaghjee Hall. L’alliance MSM/MMM a, elle, d’ores et déjà affirmé qu’elle boycottera ce discours programme.

Un nouveau programme qui, selon les dirigeants de l’alliance Ptr/PMSD, sera principalement axé sur les dispositions face à un éventuel retour de la crise économique. Ce, alors que certaines grandes lignes du discours programme de l’alliance Ptr/MSM/PMSD restent en suspens et que d’autres sont pratiquement achevées.

Le leader de l’opposition avait, d’ailleurs, affiché son pessimisme face à la volonté de Navin Ramgoolam d’aller de l’avant avec la réforme électorale ainsi que la deuxième république, inscrite dans le programme gouvernemental. Paul Bérenger a estimé que le chef du gouvernement serait plus intéressé avec un système présidentiel français qui, selon le leader des mauves, pourrait renforcer le communalisme à Maurice.

« Il est dangereux d’avoir un président avec les pleins pouvoirs qui ne rend aucun compte à la population », avait-il soutenu lors d’une conférence de presse de son parti. D’ailleurs, depuis la concrétisation de l’alliance MSM/MMM le samedi 7 avril, la question d’une réforme électorale et la proposition d’une deuxième République ont régulièrement été reprises par les deux formations.

Les mesures d’infrastructures publiques semblent, elles, avoir pris une longueur d’avance en dépit des nombreuses critiques à l’encontre du ministère de tutelle. Les projets toujours en cours sont : la construction d’un échangeur qui remplacera l’actuel rond-point du Caudan, dont l’autopont a été inauguré le mardi 10 avril la phase II du projet Terre-Rouge–Verdun l’agrandissement de l’autoroute du Nord entre Forbach et Grand-Baie, ainsi que le réaménagement du tronçon de l’autoroute entre le Quai D et Terre-Rouge, avec l’aménagement de bus lanes.

Le projet métro-léger, assure-t-on au gouvernement, est toujours en négociation. Les autorités mauriciennes ont, en effet, demandé aux Singapouriens d’établir un nouveau tracé, certaines régions ayant été connues quelques développements infrastructurels. Un projet auquel la majorité apporte une très grande importance dans sa volonté de décongestionner les routes mauriciennes. D’autant plus qu’il est inscrit dans le cadre du concept Maurice Ile Durable, représentant en même temps un moyen de transport révolutionnaire.

Le projet de Duty-Free Island semble, lui, être parti en fumée depuis la cassure entre le MSM et le gouvernement. Une initiative dont le leader du parti orange et l’ancien ministre des Finances, Pravind Jugnauth, en a fait son cheval de bataille dans sa politique économique. Un projet qui avait été enclenché en 2005, par le gouvernement MSM/MMM. Depuis, Pravind Jugnauth n’a toujours pas pu donner suite à ses idées pour faire de Maurice une île « hors-taxe ».

Pour l’actuel ministre des Finances, Xavier-Luc Duval, la présentation de ce nouveau programme s’inscrit dans l’élaboration d’un « 10-year economic and social transformation program ». Un avis que partagent les membres du Part mauricien social démocrate (PMSD), à l’effet que de nombreuses surprises sont réservées à l’opposition. Selon le PPS Thierry Henry, les grandes lignes de ce nouveau programme « seront largement consacrées aux mesures afin de surmonter les défis économiques tout en mettant l’accent sur la promotion des Petites et moyennes entreprises (PME) ».

Dans le domaine légal, certains projets sont pratiquement à terme. L’Attorney General, Yatin Varma, a d’ailleurs fait les éloges du « Police Procedures and Criminal Evidence Act ». Parmi les lois qui restent en suspens : la « National Crime Control Commission », le nouveau « Juvenile Justice Act ». Inclus également dans le programme gouvernemental : le recrutement de 5 000 nouveaux policiers, la création d’un Independant Police Complaints Bureau et d’une nouvelle loi contre l’intimidation des témoins.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires