Le discours de SAJ a eu un impact national «considérable», selon Paul Bérenger

Avec le soutien de

Premiers commentaires élogieux du leader de l’opposition sur la dernière allocution présidentielle de Sir Anerood Jugnauth. Paul Bérenger prend l’engagement de renforcer la Commission anti-corruption (ICAC) en cas de victoire électorale.

« Direct, percutant et terre à terre ». Tels sont les premiers commentaires du leader du Mouvement militant mauricien (MMM) sur le discours de Sir Anerood Jugnauth prononcé ce vendredi 30 mars pour expliquer les raisons de sa démission de la présidence. Lors de sa conférence de presse de ce samedi 31 mars, Paul Bérenger a soutenu que l’intervention de SAJ a eu « un impact considérable à travers le pays ».

« D’ailleurs, c’est ce qui explique la publication d’un communiqué en catastrophe de Navin Ramgoolam et le fiasco total du congrès du PTr dans la circonscription No. 7 (Piton/Rivière du Rempart) », déclare Paul Bérenger.

Il considère le choix de Sir Anerood Jugnauth d’abandonner son post de président de la République et de se jeter dans l’arène politique comme un acte de « patriotisme ». Il a salué ce qu’il qualifie d’esprit de sacrifice et de sincérité de celui qui s’apprête à prendre le leadership de l’alliance entre son parti et le Mouvement socialiste militant (MSM).

Le leader de l’opposition n’a pas manqué non plus de condamner l’utilisation du mot « divagations » dans le communiqué du Premier ministre. Il estime que c’est une nouvelle insulte du chef du gouvernement à l’égard de Sir Anerood Jugnauth.

« Au contraire, le résultat est que Sir Anerood Jugnauth a impressionné le public en général de&nbsp par sa lucidité et la fermeté de sa voix », soutient Paul Bérenger.

Il a exigé que Navin Ramgoolam cesse avec les insultes visant l’âge de Sir Anerood Jugnauth avant de traiter les lieutenants de Navin Ramgoolam de « petits roquets ».

Par ailleurs, répondant aux craintes exprimées par plusieurs ministres, entre autres, durant le congrès du Parti travailliste (PTr) la veille, sur la possibilité de la dissolution la Commission anti-corruption si l’alliance MMM-MSM revient au pouvoir, Paul Bérenger déclare que ce ne sera pas le cas. Il affirme que cette institution, qui mène actuellement une enquête sur Pravind Jugnauth, leader du MSM et fils de Sir Anerood Jugnauth, deviendra davantage indépendante avec la nomination d’un ancien juge ou magistrat à sa tête.

« Nous rétablirons l’indépendance de l’ICAC. J’en prends personnellement l’engagement », assure-t-il. Quant à la suite des événements, Paul Bérenger confirme que c’est Sir Anerood Jugnauth qui présidera désormais les sessions de travail entre les états-majors des deux partis. Auparavant, il rencontrera Sir Anerood Jugnauth ce lundi à la résidence de l’ex-président de la République à La Caverne, où il sera, entre autres, question de l’avenir politique d’Ashok Jugnauth.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires