Le député Rihun Hawoldar réclame une enquête sur le gel d’un projet hôtelier

Avec le soutien de

A l’heure des questions réservées au Premier ministre, le député de la majorité, Rihun Hawoldar, a voulu connaitre les raisons qui ont poussé Airports of Mauritius (AML) à&nbsp abandonner un projet d’hôtel d’affaires à l’aéroport de Plaisance.

Navin Ramgoolam a, dans sa réponse à la question du député travailliste, indiqué que l’affaire du gel du projet hôtelier dans la région aéroportuaire est actuellement en Cour suprême et que le jugement est attendu. Donc, a-t-il dit, une commission d’enquête n’est pas nécessaire.

Le Premier ministre a souligné qu’un exercice d’appel d’offres en 2001, a vu la soumission de deux propositions. L’une venant du consortium Appavoo Group (Mauritius)-Société de Gestion Hôtelière et Touristique de la Réunion et l’autre du Mauritius Travel Tourists. Cette dernière devait par&nbsp la suite retirer son offre.

Toujours selon le chef du gouvernement, dans la lettre d’intention avec une série de conditions envoyée par AML au consortium Appavoo Group (Mauritius)-Société de Gestion Hôtelière et Touristique de la Réunion, le 1er mars 2002, le promoteur devait faire part de son acceptation au plus tard le 18 mars 2002.

Ce n’est que le 15 mai que celui-ci a fait part de sa décision à AML, après des négociations avec cette dernière. Cependant, le 27 août 2002, le conseil d’administration d’AML décida de suspendre le projet. Le promoteur a été informé de cette décision le 11 octobre 2002.

Le consortium a logé une action en Cour suprême contre AML, et réclamé des dommages d’un montant de Rs 15 millions. Navin Ramgoolam poursuit que cette affaire a été renvoyée plusieurs fois avant des comparutions finalement les 23 et 24 mars ainsi que le 4 mai de cette année.

A une question supplémentaire de Rihun Hawoldar, le Premier ministre a répondu que c’est Dev Manraj qui était le président du conseil d’AML à l’époque. Jean-Mée Desvaux était le représentant du ministère des Finances. Il était le conseiller de Paul Bérenger, le ministre des Finances d’alors.

Le leader de l’opposition n’a pas manqué de demander qui était le Premier ministre d’alors et à qui revenait la responsabilité de l’aéroport. Navin Ramgoolam a alors répondu que c’était Sir Aneerood Jugnauth.

Le Chief Whip Suren Dayal a alors lancé une pique à l’opposition, demandant qui était le ministre des Finances à cette époque. Paul Bérenger n’a pas apprécié l’allusion.

&nbsp

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires