Le Conseil des ministres approuve le nouveau renvoi des élections municipales

Avec le soutien de

Un nouveau Local Government Bill prévoyant&nbsp le renvoi des élections municipales, sera présenté en première lecture lors de la prochaine séance parlementaire. Les dispositions concernant Rodrigues ont été enlevées du projet de loi.

La décision de renvoyer les élections municipales à l’année prochaine a été approuvée par le Conseil des ministres ce vendredi 25 novembre. Un nouveau Local Government Bill sera présenté à l’Assemblée nationale le mardi 29 novembre, a indiqué le ministre Hervé Aimée.&nbsp Ainsi, la précédente version du Local Government Bill, qui avait été présentée en première lecture le 18 octobre dernier, sera retirée.

Les deux seuls changements que contient le&nbsp nouveau projet de loi sont l’élimination complète des dispositions sur Rodrigues et la tenue des élections régionales. Si cette nouvelle tentative d’Hervé Aimée est votée sans amendement, le gouvernement s’accordera un nouveau sursis d’une année avant de se soumettre aux consultations populaires au niveau des collectivités locales.

Pour rappel, les élections municipales qui devaient avoir lieu en 2010, ont déjà été renvoyées une première fois en novembre 2010. La principale raison avancée alors par le gouvernement : la réorganisation des administrations régionales et la création de quatre nouvelles municipalités. Il était également question d’une réforme des conseils de districts.

Des débats animés sont à prévoir autour de ce nouveau projet de loi. D’autant plus que le Mouvement militant mauricien (MMM), principal parti d’opposition, a promis une « farouche résistance » à toute nouvelle tentative de renvoi des élections municipales.

La décision du Conseil des ministres soulève également une deuxième question, celle de l’élection de nouveaux maires. C’est justement ce vendredi 25 novembre que le mandat des maires en fonction arrive à terme. Le projet de loi qui couvre également&nbsp l’élection de nouveaux premiers magistrats des cinq municipalités du pays n’ayant pas encore été voté, le maintien en poste des maires actuels pourrait relever de l’illégalité.

Quant aux dispositions concernant Rodrigues, qui prévoyaient la création d’un Town Council à Port Mathurin et d’une centaine de Village Committees, elles ont été tout simplement « deleted ». Le Premier ministre l’avait déjà annoncé comme la plus probable des solutions au vu de nombreuses protestations émises par la société civile rodriguaise, lors des sa réponse à la Private Notice Question (PNQ) de Paul Bérenger, le 11 novembre.

Il faut dire que le ministre des Administrations régionales s’était empressé d’inclure des changements à l’administration des collectivités locales à Rodrigues. Ces changements n’auraient&nbsp pu être votés par l’Assemblée nationale sans l’approbation, au préalable, de l’Assemblée Régionale de Rodrigues.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires