Le Bouchon : Un jeune de 17 ans tué et sa petite amie violée à proximité de la plage

Avec le soutien de

Cédric Matombé, un jeune de 17 ans, a été tué alors qu’il était non-loin de la plage de « Le Bouchon » (photo) en compagnie de sa petite amie. Celle-ci a été violée. La police a procédé à l’arrestation d’un homme qui serait passé aux aveux.

Le corps de Cedric Matombé un jeune collégien de 17 ans, fréquentant un établissement curepipien, a été retrouvé dans un terrain en friche à proximité de la plage de Le Bouchon, ce dimanche 7 novembre. Le défunt habitait Plaine-Magnien. Sa petite amie, une&nbsp Mahébourgeoise,&nbsp affirme avoir été agressée sexuellement par le meurtrier du jeune homme. Un&nbsp suspect a été arrêté.

Le jeune homme avait obtenu la permission de ses parents pour une sortie dans la soirée du samedi 6 novembre. Le père de l’étudiant explique que son fils lui avait dit qu’il se rendait à un anniversaire dans un campement.

Les deux jeunes gens avaient effectivement passé la soirée dans un bungalow non loin de la plage. Ils participaient à une fête. Tôt le matin, ils sont partis faire un tour non loin de&nbsp la plage. C’est là qu’ils auraient été surpris par deux hommes, selon les dires de la jeune fille.

L''agresseur se serait jeté sur le jeune homme et l’aurait violemment battu. Il&nbsp aurait, ensuite,&nbsp violenté&nbsp la jeune fille également âgée de 17 ans.

Des campeurs disent avoir entendu des cris et quand ils sont partis voir ce qui se passait, ils ont trouvé la jeune fille couverte de sang. Elle portait des blessures au visage et à l’abdomen.&nbsp Selon l’un de ces témoins, elle a demandé un téléphone portable et a appelé le père de Cédric Matombé pour lui faire part la situation dans laquelle elle se trouvait.

Se rendant sur les lieux de l’agression, les témoins ont trouvé le jeune Cédric gisant dans une mare de sang. Les policiers ainsi que le père de la victime, arrivés quelques minutes plus tard, n’ont pu que constater son décès.

C’est en fin d’après-midi, alors que des éléments de la police scientifique procédaient encore à des prélèvements sur les lieux du crime, qu’un premier suspect devait être repéré dans une maison abandonnée à proximité de la plage. Ce dernier aurait tenté de fuir mais les policiers l’ont vite rattrapé. Il a été interrogé par les éléments de la Criminal investigation Division. Il serait passé aux aveux.

&nbsp

Jean-Yves Chavrimootoo/Elvissen Adaken

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires