A l''Arya Sabha : Navin Ramgoolam fait à nouveau un appel du pied à Pratibha Bolah

Avec le soutien de

C’est la deuxième fois en une semaine que le Premier ministre parle de la députée du Mouvement Socialiste Militant (MSM), Pratibha Bolah, dans un discours public. Ce jeudi 15 décembre, le chef du gouvernement a&nbsp fait remarquer que celle-ci « était un exemple pour la femme en politique ».

Navin Ramgoolam fait à nouveau un appel du pied à Pratibha Bolah. Cette fois, il l’a fait de façon flagrante lors de la célébration du 100e anniversaire de l’arrivée du Dr Chiranjiv Bhardwaj à Maurice. La cérémonie s’est déroulée au siège de l’Arya Sabha, à Port-Louis, et l’occasion prêtait également au changement du nom du DAV College en celui du Dr Jugroo Seegobin College.

Prenant la parole pendant de plus de vingt minutes, le chef du gouvernement a souligné l’engagement de l’Arya Sabha dans l’éducation des femmes au début du 20e sicèle. Il a salué l’initiative de ce mouvement, sans qui, selon lui, sa mère n’aurait jamais eu accès à l’éducation.

Navin Ramgoolam a alors exprimé le souhait de voir un jour une femme à la tête de l’Etat. Une fois de plus, il a cité l’exemple de Pratibha Bolah, présente à la cérémonie.

«Vous voyez, Pratibha Bolah est présente ici. Mais je dois préciser que pour être Premier ministre, il faudra devenir un membre du Parti Travailliste », lance-t-il au beau milieu de son discours, entre les éloges à son défunt père et l’appel pour que les Mauriciens cessent de penser en termes de communauté.

La première manifestation de sympathie de Navin Ramgoolam envers la députée MSM s’est produite dimanche 11 décembre. C’était lors du lancement de la Federation of Arya Samaj. Il avait alors épargné Pratibha Bholah bien qu’il critiquait l’opposition.

Poursuivant son discours, le leader du Parti travailliste a demandé à la population de dépasser les barrières religieuses. « Il ne faut pas mélanger religion est histoire. Les Mauriciens ont tendance à promouvoir leur intérêt personnel. Même au sein du Parti travailliste, nous avons de bonnes et de mauvaises personnes », soutient Navin Ramgoolam.

Egalement présent à cette cérémonie, le&nbsp petit-fils de Chiranjiv Bhardwaj, Shri Daksha Bhardwaj est revenu sur le parcours de son grand-père. Précisant que celui-ci ne croyait pas au système de castes et qu’il estimait que tout le monde devait être traité sur un même pied d’égalité.

Chiranjiv Bhardwaj est arrivé à Maurice en 1911. Ce médecin de profession et académicien&nbsp œuvrait aussi dans le social. Accompagné de son épouse, il sillonnait les villages de l’île pour apprendre à lire et à écrire aux ouvriers agricoles qui n’avaient pas eu accès à l’éducation.

&nbsp

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires