L''Arabie saoudite en alerte pour le pèlerinage à la Mecque

Avec le soutien de

L''''Arabie saoudite est en alerte pour cause de possibles attaques d''Al-Qaïda la semaine prochaine pendant le pèlerinage annuel, le hajj, qui attire des millions de musulmans dans les villes saintes de la Mecque et Médine, a annoncé ce&nbsp jeudi le ministère de l''Intérieur.

Lors d''une conférence de presse, le&nbsp prince Nayef n''a pas précisé s''il y avait eu des menaces spécifiques ou des renseignements sur des attaques, mais il n''a pas exclu "la possibilité que quelque chose perturbe la sécurité" des pèlerins. Le hajj débute le 15 novembre prochain pour plusieurs jours.
Par ailleurs, l’agence de presse américaine, l’Associated Press ( AP)&nbsp&nbsp revient, ce jeudi, sur la stratégie des agences de renseignement occidentales&nbsp et&nbsp de leurs homologues des pays musulmans,&nbsp d’ infiltrer Al-Qaïda et les talibans. L''utilisation de "taupes" et d''agents doubles porte ses fruits dans la péninsule arabique, où elle a permis de déjouer le récent complot des cartouches d''imprimantes piégées, mais s''avère beaucoup plus difficile le long de la frontière pakistano-afghane.

"Nous pénétrons les organisations terroristes pour voir d''où viendront les prochaines menaces", a déclaré fin octobre sir John Sawers, le directeur du MI6, les services du renseignement extérieur britannique. D''après des responsables de la sécurité yéménites, c''est grâce à un "tuyau" livré par un informateur qu''ont été découverts les explosifs cachés dans des cartouches d''imprimantes fin octobre. Ces colis piégés expédiés du Yémen étaient adressés à deux synagogues de Chicago. Dans le cas,&nbsp l''informateur était un ancien activiste d''Al-Qaïda, un Saoudien sorti de Guantanamo en 2007, affirment les sources yéménites.

L''Arabie saoudite a mis en place un programme de "réhabilitation" des présumés terroristes. Sur les quelques&nbsp 800 prisonniers qui ont été détenus à Guantanamo avant d’être libérés,&nbsp environ 120 ont suivi le programme saoudien. Parmi eux, environ 25 ont repris les armes tandis qu''une poignée ont accepté de travailler comme espions pour les Saoudiens, rapportent deux responsables gouvernementaux européens ayant requis l''anonymat.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires