Langues maternelles : Un forum sur le Bhojpuri organisé dans quelques semaines

Avec le soutien de

«Un forum sur le bhojpuri sera organisé par le ministère de l’Education d’ici à deux semaines.» C’est ce qu’a annoncé le ministre de l’Education, Vasant Bunwaree, hier, 5 octobre, lors d’un événement tenu dans le cadre du Teachers’ Day.

Après un forum sur le kreol en août dernier, place au forum sur le bhojpuri. Le gouvernement a pris l’engagement d’introduire ces deux langues maternelles de nombreux Mauriciens comme matières optionnelles à l’école. Comme le forum sur le kreol, celui qui sera organisé sur le bhojpuri réunira tous les stakeholders.

Le ministre de l’Education, Vasant Bunwaree, était l’invité de l’Association of Professional Mentors, du General Purpose Teachers Union (GPTU) et du Teachers’ Club, à l’hôtel El Monaco, Quatre-Bornes. Il a fait ressortir qu’il faudra déterminer quel bhojpuri enseigner dans les écoles, vu qu’il y a le bhojpuri original et «un bhojpuri adapté à la mauricienne».

Concernant le kreol, il soutient que la création de l’Académie du kreol morisien avance dans la bonne direction. Une liste de personnes ayant une expérience en linguistique et de recherches, qui constitueront le comité cette académie, a déjà été soumise et approuvée par le Conseil des ministres.

Une première réunion, présidée par le ministre de tutelle, sera organisée «incessamment», précise-t-il. Ce comité a pour objectifs de conseiller sur la standardisation y compris la prononciation, la syntaxe et la grammaire du kreol morisien de valider la graphie et de formuler les lignes directrices techniques nécessaires au développement de matériels pour le cursus et pour la formation des enseignants.

Justement, les enseignants, regroupés au sein de l’Association of Professional Mentors, la GPTU et le Teachers’ Club ont fait part de leurs inquiétudes concernant l’enseignement du kreol. Ashik Junglee, président de l’Association of Professional Mentors et conseiller technique du GPTU, a parlé de la crainte d’interférences de l’apprentissage du kreol sur celle des autres langues.

«Nous ne sommes pas contre l’introduction du kreol à l’école mais ce qui nous préoccupe, c’est l’interférence de la langue kreol avec les autres langues… Il y a des enfants qui font de la traduction littérale, nous le constatons au niveau du français, et maintenant le kreol, par sa proximité phonétique, lexicale et graphique… Nous demandons au ministre de prendre un maximum de précautions pour que la langue créole ne devienne pas un obstacle à l’apprentissage des autres langues», déclare Ashik Junglee.

Issa Asgarally, linguiste et chargé de cours à la Mauritius Institute of Education (MIE), était l’invité de ces enseignants. Il a également axé son discours sur le besoin de régler les différences posées par l’écriture du kreol morisien, comparée à la phonétique de cette langue.

Le ministre de l’Education rassure : « Il n’y a pas de craintes. La décision est prise. Les enseignants savent qu’ils doivent jouer le jeu. Il y aura des connaisseurs à l’Académie du kreol morisien. Ils compléteront la grafi larmoni, travailleront sur la syntaxe et la grammaire et finaliseront le dictionnaire du kreol maurisien, pour ensuite soumettre le produit fini – le kreol qui sera enseigné aux enfants dans les écoles».

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires