Lai Min toujours une référence

Avec le soutien de
par Marie-Annick SAVRIPÈNE Ceux qui ont connu le restaurant Lai Min à son ouverture, soit en 1946 et qui l?ont fréquenté pendant les trente ans qui suivirent, ne retrouveront plus leurs repères d?antan car le bâtiment à étage, tout en bois, a été démoli en 1970. à la place, un édifice plus grand en béton a été construit. Mais les clients d?autrefois, tout comme Jean-Pierre Lai Min, ne pourront oublier l?ancien rez-de-chaussée avec son immense comptoir où l?on vendait des viandes rôties. Au centre de la pièce, ses deux vitrines qui étaient garnies de biscuits et de chocolats. à l?autre extrémité, le bar à alcools. Et finalement l?escalier en bois menant à l?étage où se trouvaient les cabines privées. C?était l?idée d?Edmond Lai Min, le père de Jean-Pierre, Cantonais débarqué à Maurice à l?âge de dix ans. Edmond Lai Min a d?abord travaillé dans une boutique à la rue Wellington à Port-Louis. Marié à Paule qui lui a donné huit enfants, Edmond Lai Min s?est mis en tête de faire découvrir et apprécier l?authentique cuisine cantonaise. D?où l?achat du bâtiment en bois à la route Royale et sa transformation en restaurant. Bien qu?étant adolescent, Jean-Pierre Lai Min se remémore l?ambiance de fête qui y régnait, surtout le samedi soir après une journée hippique. Le restaurant affichait alors complet. Lorsque Jean-Pierre termine sa scolarité secondaire, il rejoint tout naturellement l?établissement et démarre son apprentissage en cuisine. Son frère aîné, Laval, prête main-forte à son père. Pour que Jean-Pierre maîtrise la mise en place de la salle à manger et la gestion du bar, il suit des cours dans une école hôtelière tenue par des Anglais à Quatre-Bornes. Une fine cuisine pour connaisseurs Il est aux premières loges de la rénovation du restaurant en 1970, qui de 60 couverts passe à 250. De par la finesse de sa cuisine, le Lai Min attire un nombre croissant de Mauriciens et de touristes et Jean-Pierre y croise de nombreuses personnalités étrangères telles que le président de la République centrafricaine, Jean Bedel Bokassa ou encore Brigitte Bardot, au faîte de sa beauté. Estimant que la salle du restaurant est trop vaste, la famille Lai Min décide de réduire sa superficie en convertissant une partie de la pièce en magasin spécialisé pour les figurines et des vases chinois de toute beauté. La cote d?amour du Lai Min se met à chuter avec la construction de l?autoroute. «Les automobilistes empruntent moins souvent la route Royale.» Ensuite, le développement des restaurants côtiers a contribué à éparpiller la clientèle. Il en a été de même avec l?ouverture des Caudan et Port-Louis Waterfronts. Pour se maintenir à flot, les Lai Min se sont engagés dans le service traiteur à domicile. «Nous nous déplaçons et allons tout préparer à domicile. Nous travaillons aussi avec les hôtels en leur vendant des spécialités pour buffets chinois.» Au début des années 90, ils font venir plusieurs chefs de Chine, dont un préparant de façon très spectaculaire et à la main des nouilles fraîches. Le passage des chefs chinois a certes modifié le menu du restaurant mais les frères Lai Min ont maintenu les plats retenant les faveurs des Mauriciens. «Les Mauriciens retournent toujours vers les plats qu?ils connaissent.» Ce restaurant qui opère 24 heures sur 24 et sept jours sur sept, travaille en étroite collaboration avec les tour-opérateurs qui lui envoient hebdomadairement des touristes. Pour fidéliser une partie de sa clientèle, depuis deux ans, le Lai Min organise des soirées dansantes le samedi. «Il y a un orchestre qui joue des valses, des tangos, des cha-cha-cha, tout ce qui tombe sous l?appellation ballroom dancing. Les clients qui viennent y assister sont généralement des personnes fréquentant des écoles de danse.» Jean-Pierre Lai Min caresse un projet de taille: offrir aux Mauriciens une nouvelle cuisine chinoise totalement inédite. «J?ai évoqué les plats que j?avais en tête avec des Mauriciens qui voyagent et ils ne les connaissent pas.» Depuis, il s?est mis en quête de chefs chinois qui pourraient lui permettre d?enrichir son menu avec des nouveautés jamais encore dégustées. Nous devrions être fixés d?ici six à neuf mois.
Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires