L''African Governance Report souligne qu''une réforme électorale est nécessaire à Maurice

Avec le soutien de

Le nouveau rapport sur la gouvernance dans les pays africains juge nécessaire une réforme électorale à Maurice. Toutefois, il recommande qu’elle soit en faveur de la protection des plus vulnérables de la société et d’une meilleure représentativité des femmes en politique.

Maurice se porte bien au niveau de la bonne gouvernance. La récente étude intitulée «Elections and the Management of Diversity in Mauritius » menée par l’United Nations Economic Commission for Africa (l’UNECA) fait état d’un besoin pour que le pays adopte une réforme électorale qui assure la protection des plus vulnérables.

Le troisième volet de l’African Governance Report (AGR) a été présenté ce vendredi 27 avril au centre de conférence de la Cyber Tour I à Ebène. A l’occasion, le Dr Said Adejumobi, représentant de l’UNECA a fait le déplacement à Maurice. Il était aux côtés du ministre des Affaires étrangères, Arvin Boolell et d’Amédée Darga, directeur de StraConsult société qui a participé à la réalisation de l’étude.

Dans son intervention, Amédée Darga a souligné que Maurice doit réformer son système électoral mais il ajoute que les choses accusent un retard pendant que les dirigeants s’interrogent sur le «contentieux » Best-Loser. Selon ce système des députés correctifs sont nommés après les élections pour assurer une représentation adéquate des communautés indiquées dans la constitution.&nbsp

«Nous avons fait ce rapport avec la participation de plus de 200 personnes. Il touche toutes les questions fondamentales du système électoral. C’est sûr qu’il faut changer ce système. Si les dirigeants n’arrivent pas à se mettre d’accord sur la question du Best-Loser, il vaut mieux le laisser de côté et assurer que le pays avance », déclare Amédée Darga.

De son côté, Arvin Boolell précise qu’il faut que toute la population se sente concernée par la réforme électorale. Le ministre soutient également que le rapport préparé par l’ancien ministre et expert en systèmes électoraux Rama Sithanen à ce sujet est un très bon document qui pourrait être adopté s’il y a une volonté politique.

Toutefois il ajoute que «le plus important quand on parle de groupes vulnérables c’est d’éradiquer la pauvreté. Cet aspect dépasse la politique. La vrai démocratie prône la lutte contre la pauvreté », dit Arvind Boolell.

Pour le Dr Said Adejumobi, Maurice s’en sort bien dans les deux précédents rapports. Il précise que l’importance n’est pas de classer les pays d’Afrique durant cette étude mais d’exposer les faits pour que des décisions soient prises.

«La force d’une démocratie repose dans sa capacité de protéger les minorités. Les femmes et les jeunes doivent être la priorité. Il faut également assurer la représentativité des femmes au Parlement », soutient le représentant de l’UNECA en affirmant que Kenya est un exemple à suivre à ce sujet.

Etaient aussi présents à cet atelier, Rama Sithanen, Linzy Bacbotte, conseillère au ministère des Arts et de la Culture ainsi que des représentants des associations socioculturelles notamment Somduth Dulthumun, Balraj Narroo et Julien Lourdes.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires