La société d’investissement Imara s’implante à Maurice

Avec le soutien de

Un opérateur au rayonnement panafricain. Il s’agit d’Imara, une société bancaire indépendante d’investissements, qui a lancé le mardi 11 septembre 2012 sa branche mauricienne, l’Imara Asset Management (Mauritius) Ltée, à l’hôtel Le Labourdonnais, à Port-Louis.C’était en présence de Xavier-Luc Duval, vice-Premier ministre et ministre des Finances et de nombreux personnalités des secteurs bancaire et financier.

La présidence de cette société a été confiée à Kamal Taposeea, très connu dans le secteur bancaire mauricien. Imara dispose de plusieurs antennes en Angola, Botswana, Afrique du Sud et au Royaume-Uni. Elle a des associés au Malawi, à Maurice, en Zambie, au Zimbabwe. La firme est aussi engagée dans des projets de partenariat avec Chapel Hill Denham du Nigéria, NIC Capital du Kenya, la Namibia Equity Brokers et avec Mac Capital, basé à Dubayy.

Outre son ancrage dans le secteur financier africain, Imara s’est spécialisée dans la réalisation de programmes de recherche dont l’objectif est de repérer les capitaux propres dont dispose le continent africain. Ses fonds de gestion se chiffrent à plus de $ 380 millions. La valeur de ses propriétés administratives s’élève à $ 1,77 milliards.

Mark Tunmer, président directeur général d’Imara Holdings Ltée, et John Legat, directeur général d’Imara Asset Management au Zimbabwe, ont fait le déplacement pour la circonstance.

Ils ont chacun indiqué que la venue d’Imara à Maurice a été motivée par le rayonnement dont jouit le secteur mauricien des services financiers à l’étranger.

Autre facteur avancé par ces cadres : les signes avant coureurs que l’île deviendra à coup sûr un conduit indispensable pour les projets d’investissement en direction du continent africain.

«Ne nous considérez pas comme un opérateur venu dans le but d’exacerber l’état de la concurrence à Maurice », a tenu à souligner John Legat. Il explique qu’Imara, dotée d’une grande expérience dans les investissements en Afrique, s’implante à Maurice parce que le pays dispose de tous les atouts pour «être le centre des services financiers de la région par excellence».

Mark Tunmer a, pour sa part, fait valoir que les règlements mauriciens sont «bons». Et d’ajouter : «Le respect de la liberté d’entreprise, le sens de l’équité et la transparence ne sont pas des concepts vides de sens chez vous.»

Quant à Kamal Taposeea, il a assuré que l’intérêt grandissant des autorités à établir des accords bilatéraux avec des pays du continent africain est manifeste. «La plus belle manifestation de cette stratégie à long terme est illustrée par une décision émanant d’une véritable entité africaine à implanter une partie de ses services à Maurice.» Une démarche qui, selon lui, va contribuer à créer plus de substance pour le secteur des services financiers local et assurera en même temps un transfert d’un riche savoir-faire.


&nbsp

Lindsay PROSPER

Publicité
Publicité
e-brochures.mu logo

Retrouvez les meilleurs deals de vos enseignes préférées.

e-brochures.mu icon
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x