La scène politique en ébullition alors qu’approchent les élections législatives

Avec le soutien de

Il semblerait qu’on soit arrivé au stade de grandes manœuvres sur le plan politique. Il y a certaines indications en ce sens.

Au lancement du nouveau Traffic Centre de l’hôpital du Nord, à Pamplemousses le 13 mai, le Premier ministre a laissé le soin au ministre Bachoo de dresser un discours-bilan. Ce dernier s’est, en effet, longuement appesanti sur les réalisations du gouvernement. Cela ne peut être une coïncidence. Il n’est pas le seul à rappeler, avec insistance, les réalisations gouvernementales.

Navin Ramgoolam, pour sa part, se signale de plus en plus par une posture de politique que de chef de gouvernement. Il aura bien appris de l’erreur commise par Paul Bérenger lors des dernières législatives. On se souviendra que ce dernier avait mis du temps avant de comprendre qu’il devait descendre dans l’arène en tant que candidat au lieu de faire campagne en tant que Premier ministre. A ce chapitre, Navin Ramgoolam, lui, a déjà donné le ton le 1er mai à travers un discours agressif.

D’autre part, les observateurs l’auront remarqué: le Premier ministre parle de plus en plus en termes de Parti Travailliste plutôt que d’alliance sociale dans ses interventions. Serait-ce à dire qu’il envisagerait une nouvelle configuration pour les prochaines législatives? Mais on ne change pas une formule qui gagne. Et l’alliance sociale semble demeurer cette bonne formule.

Du moins, certains éléments publiés dans l’édition du 16 mai de l’express papier tendent en ce sens. Il est ainsi question d’une garantie donnée par le MMM qui aurait incité le Premier ministre à abandonner toute idée d’alliance avec le MSM. Notre confrère Raj Meetarbhan évoque même une lutte à trois. «Ce dénouement a été possible parce qu’un obstacle à la lutte triangulaire vient d’être levé. Navin Ramgoolam avait, jusqu’ici, des doutes sur les intentions du MMM. Il craignait que ce parti soit tenté de récupérer le MSM une fois que le PTr l’aurait lâché pour de bon. Or, il y a deux jours, Paul Bérenger a donné la garantie à Navin Ramgoolam, à travers un émissaire, qu’en aucun cas son parti ne cherchera à trouver un arrangement avec le MSM», écrit Raj Meetarbhan, à cet effet.

Les événements pourraient aussi se précipiter sur la scène électorale. Avant, en point de mire, des consultations éventuellement organisées dès cette année. La circulaire aux fonctionnaires leur interdisant de parler à la presse, une autre circulaire adressée à ceux qui vont travailler aux élections générales et la présence de plus en plus remarquée des membres du PTr sur le terrain constituent autant d’indices.

Il y a également la montée au créneau du ministre des Finances. En effet, Rama Sithanen a mis ses habits de politique pour défendre son poste contre la menace Pravind Jugnauth.

Ce sont autant d’éléments qui témoignent d’une grande agitation sur la scène politique.

La rdaction

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires