La Réunion : Mathéo, dans les cœurs, à jamais

Avec le soutien de

Dimanche 23 juin, place des Droits de l’Homme à Champ Fleuri, quelque 150 personnes ont rendu hommage au petit Mathéo (4 ans), sordidement exécuté, mercredi dernier, à Saint-Benoit des mains de son beau-père.

Jasmine, sa mère, Pascaline, sa marraine, les membres de la famille, des mères, des pères et quelques enfants se sont recueillis dans un même esprit."Matteo voulait qu’on le laisse vivre, mais le sort n’a pas mis les bonnes personnes sur sa route. Il est le symbole de tous les enfants martyrisés, mal-aimés, violentés. Le choc de sa mort nous a tous anéantis et nous rappelle combien, en 2013, la barbarie fait encore des ravages dans notre société," a souligné Thèrèse Baillif, présidente du Collectif de lutte contre les violences intra-familiales, première à prendre la parole.

La liste est longue, à La Réunion, des enfants tombés sous les coups d’un proche : 9 en 5 ans ! a rappelé Maroni Bazin, l’initiateur de ce rassemblement. "Ces drames se produisent au sein de familles où règne la mésentente. Notre société pourrit de l’intérieur" a poursuivi Thérèse Baillif. Aussi, a-t-elle lancé un nouvel appel à l’État et aux collectivités afin d’aider les associations engagées dans la lutte contre ce fléau.

Elle a également proposé la création d’une "Fondation Mathéo" pour venir en aide aux enfants maltraités, "pour qu’il y ait un après Mathéo, pour une vie plus humaine." Nassimah Dindar a invité l’assistance à "ne négliger ni la parole, ni l’écoute d’un enfant. Ce serait un crime." La présidente du Conseil Général a rappelé que chaque année, à La Réunion, quelque 2 000 à 2 500 enfants sont retirés à leurs parents, en mal de protection, sur décision du tribunal. Les funérailles de Mathéo auront lieu demain à Saint-Benoît.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés