La reprise du marché boursier permet à la SEM d’accroître ses profits

Avec le soutien de

La Stock Exchange of Mauritius (SEM) a réalisé un bénéfice net de Rs 84,4 millions pour l’année financière 2010, contre Rs 73,4 millions pour l’exercice précédent.

Les revenus se sont élevés à Rs 133,8 millions par rapport à Rs 112 millions au cours de la même période. C’est la reprise du marché boursier en 2010, comparativement au plongeon enregistré en 2009, qui explique la meilleure performance de la SEM.

L’indice général, le Semdex, a effectivement enregistré une croissance de plus de 16% entre juillet 2009 et juin 2010. Durant la même période, l’investissement étranger en bourse a été positif avec un solde de Rs 805 millions.

Au cours de l’année écoulée, la SEM a multiplié les initiatives pour accroître sa visibilité internationale, concluant des accords avec Bloomberg, entre autres, pour vendre et publier les résultats du marché local sur le site internet de ce dernier.

Dans son message de circonstance, dans le rapport annuel de 2010, Sunil Benimadhu, le Chief Executive de la SEM, annonce que la priorité pour l’organisateur de la bourse cette année sera de trouver des partenaires étrangers pour le bénéfice des compagnies cotées et des investisseurs.

Sunil Benimadhu note, en effet, que sur le plan international les accords stratégiques entre les bourses est une des caractéristiques, que la bourse de Maurice ne peut ignorer. L’objectif est d’accroître la liquidité et devenir une plateforme d’échanges multi-produits.

La SEM entend offrir des produits libellés en devises étrangères pour réduire les risques liés aux changes. Interrogé, un responsable de la bourse laisse entendre qu’éventuellement mêmes les compagnies mauriciennes pourraient être cotées en dollar ou en euro s’ils le veulent.

«Tout dépend des investisseurs dans une compagnie. S’il y a une majorité d’investisseurs étrangers, cela ferait sens de coter en devises étrangères. Cela éviterait des frais pour les étrangers. C’est une hypothèse», déclare un professionnel de la bourse.

Par ailleurs, le budget 20011 implique également que les fonds offshore étrangers cotés en bourse pourraient à l’avenir être accessibles aux investisseurs mauriciens. Effectivement, le ministre des Finances a annoncé que les compagnies offshore pourraient entreprendre des activités localement comme à l’étranger. Ce serait alors logique que leur capital soit ouvert aux Mauriciens également.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires