La Réunion : les grévistes ne désarment pas

Avec le soutien de

La CGTR Énergie poursuit le mouvement de grève à la Séchilienne-Sidec et à EDF pour obtenir&nbsp la prime de vie chère de 53 %.&nbsp

Lors de l’assemblée générale qui a eu lieu vendredi&nbsp après-midi, les grévistes ont décidé de poursuivre les actions ce week-end, explique la CGTR. Patrice Atchicanon,&nbsp l’un des porte-parole du mouvement, n’en dira pas plus pour l’instant. En revanche, il s’insurge contre “le bras puissant de la direction d’EDF qui arrive à nous diaboliser alors que nous luttons pour un droit”. Il ajoute : “Les agents subissent aujourd’hui de plein le stress et cette stigmatisation”. Il renchérit rapidement : “Ce n’est pas pour autant que nous allons baisser les bras”.

Par ailleurs, le secrétaire général de la FSU (Fédération syndicale unitaire), Christian Picard, a tenu à réagir à la grève qui agite la Séchilienne-Sidec et EDF. Dans un communiqué publié vendredi, il indique : “Dans le conflit qui oppose depuis maintenant plusieurs semaines les salariés et la direction de la Séchilienne Sidec, celle-ci porte la très lourde responsabilité du pourrissement de la situation actuelle. En effet, en refusant tout dialogue social avec les grévistes et, pire encore, en choisissant de judiciariser l’action syndicale, d’exercer pressions et menaces et en faisant appel à des agents extérieurs pour casser le mouvement, elle s’en prend directement aux droits syndicaux, droits reconnus par la constitution et se conduit comme bon nombre de patrons voyous qui préfèrent ignorer les revendications de leurs salariés et continuer, sur leur dos et au final sur le dos des usagers à engranger de scandaleux profits”. “La FSU condamne cette attitude et exhorte la direction de la Séchilienne-Sidec à entendre les revendications de ses salariés” conclut le texte.

Chômage partiel pour les PME

La Cgpme Réunion annonce la signature d’une convention cadre régionale de chômage partiel avec la DIECCTE (Direction des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi) liée au manque d’approvisionnement récent en énergie. La Cgpme Reunion dénonce la prise en otage de nombreuses TPE/PME victimes des derniers évènements liés au conflit EDF dont un certain nombre ont subi d’importantes pertes au niveau de leur activité.

Ces grèves à répétition ont obligé un certain nombre d’entreprises à avoir recours au chômage technique pour une partie de leurs équipes. La Cgpme Reunion s’est donc engagée pour ses adhérents en signant une convention destinée à faciliter l’indemnisation complémentaire en chômage partiel dans les entreprises touchées par les difficultés d’approvisionnement en énergie électrique.

Le Journal de l’île de la Réunion, 2 avril 2011.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires