La Réunion : Les centrales thermiques redémarrent

Avec le soutien de

Face au ras-le-bol général, la CGT a proposé le mardi 4 janvier de relancer 75 % de la production des deux centrales de la Séchilienne-Sidec. La direction refuse dans un premier temps avant d’ouvrir dans la soirée les centrales aux ouvriers s’ils se déclarent non grévistes.

Un scénario rocambolesque qui devait de conclure par un lent redémarrage dans la nuit... Tout en laissant une porte ouverte à la grève. Un préavis doit lui être déposé à EDF par la CGT.

Mardi : toujours pas de courant après 48 heures d’arrêt des deux centrales thermiques de la Séchilienne-Sidec... Un&nbsp retour à la normale et à la lumière se profile au fil de la soirée ( mardi). Pourtant, la médiation menée par Jean-François Dutertre, patron de la direction du travail, dans l’après-midi, n’avait pas réussi à remettre les deux parties autour de la table.

À l’issue de plus de trois heures de négociations par médiateur interposé, la CGT propose de rétablir la production à hauteur de 75 %, soit 150 MW sur les 220 MW de capacité. Ce qui “permettrait d’alimenter normalement les usagers”, signale le syndicat. Toutefois, “le conflit n’est pas finalisé, le préavis de grève est maintenu”, prévient Patrick Hoarau, secrétaire général de la CGT EDF.

La direction ne l’entend pas de cette oreille : “Leur proposition c’est de s’autoréquisitionner et de s’autogèrer. C’est impossible, on est soit gréviste, soit réquisitionné ou on reprend le travail”, commente à chaud le responsable Océan Indien de Sechilienne-Sidec, Pascal Langeron. En parlant de “bluff” et d’un syndicat “au dos du mur voulant se donner bonne presse”. La stratégie du syndicat, âprement discutée le matin même en assemblée générale, vise à apaiser le ras-le-bol général qui enfle.

Le préavis court toujours

Une façon d’apaiser la vindicte populaire tout en arrivant en force aux deux réunions prévues au niveau national par le maintien de la pression. À Paris, ce vendredi avec la direction nationale de la Séchilienne-Sidec et la Fédération nationale de la CGT. Puis, le 7 février “avec le ministère de l’environnement et de l’énergie ainsi que la direction d’EDF”… “Les garanties que nous avons demandées quant à la réunion de février n’étant pas réunies, nous acceptons de relancer la production à 75%, tout en ayant la possibilité de relancer notre mouvement avec le préavis”, résume un gréviste rencontré en début de soirée ( mardi) devant Bois-Rouge. Il est là “pour dire aux autres de rentrer la direction refusant la reprise du travail”.

En milieu de soirée, changement de cap de cette dernière : “Si les gens se déclarent non grévistes à l’entrée, qu’ils sont donc responsables, acceptent l’encadrement et les consignes écrites pour une exploitation en sécurité, ils peuvent rentrer dans la centrale et si les effectifs sont suffisants nous ferons retourner les groupes”, déclare Pascal Langeron après un long dialogue avec le médiateur.

Au final, un retour à la situation de dimanche, avant la grève, mais avec des centrales tournant à 75% de leur puissance. La décision est prise vers 21h30 ( mardi). Les effectifs nécessaires devaient ensuite se présenter au fur et à mesure dans les centrales pour un redémarrage attendu vers minuit. Deux groupes - un à Bois-Rouge, l’autre au Gol - devraient être opérationnels ce mercredi matin, deux autres dans le courant de la journée. Un lent retour à la normal (10 à 20h pour une centrale thermique), même si au final le réseau ne tournera pas à 100% de sa capacité.

Un soulagement pour la population, même si on est loin du dénouement final. La CGT ayant promis de déposer aujourd’hui (mercredi 5 janvier) un préavis de grève chez EDF où elle “pèse” 41 % des salariés. Les agents réclament la même majoration de salaire, soit 53 %, contre 25% aujourd’hui. Une revendication refusée jusqu’à présent par la direction, en renvoyant à l’avis qu’elle a demandé sur la question au Conseil d’État. Une direction qui confirme par ailleurs la tenue de la réunion de vendredi à Paris. Les foyers n’auront pas à attendre jusque-là pour retrouver la lumière... Sous une épée de Damoclès.

(Source : Le Journal de l’Ile de La Réunion/ 5 janvier)

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires