La Réunion-Air Austral : Didier Robert commandant de bord

Avec le soutien de

Elu président du conseil de surveillance d’Air Austral vendredi après-midi, Didier Robert a clairement marqué sa volonté de reprendre la main sur les orientations stratégiques engageant l’avenir de la compagnie.

Dès le 3 février une feuille de route sera fixée au directoire toujours présidé par Gérard Ethève auquel le conseil de surveillance a renouvelé sa confiance. Pour l’instant. « La messe est dite il n’y a pas l’ombre d’un doute ». Avec son franc-parler habituel, Théophane Narayanin, principal actionnaire privé d’Air Austral, et membre du conseil de surveillance, avait vu juste quant à la recomposition de ce dernier. Officiellement retenu en métropole au Sénat, Paul Vergès n’a pas fait le déplacement pour assister au triomphe de Didier Robert intronisé président du conseil de surveillance de la compagnie à sa place. Nassimah Dindar, la présidente du Département fait toujours partie du nouveau conseil de surveillance d’Air Austral.

C’est en entrant dans la salle de la réunion de la compagnie, à l’élection du président du nouveau conseil de surveillance, qu’il apparaissait évident qu’une page de l’histoire d’Air Austral venait d’être tournée. La présence de Corinne Peyron, en charge de la communication à la Région, accentuait l’impression d’une mainmise de l’état-major de Didier Robert sur la compagnie. A la droite du tout nouveau président du conseil de surveillance, un Gérard Ethève, président du directoire et directeur général de la compagnie, décomposé. A l’issue de la mise en place du nouveau conseil de surveillance, Gérard Ethève avait spontanément présenté la démission du directoire dont le mandat courrait jusqu’en 2014. "Nous avons décidé de reconduire le directoire", indiquait Didier Robert. "Nous lui renouvelons notre confiance."

&nbsp"C’est un nouveau combat qui s’engage, extrêmement délicat. Il exige que tous, actionnaires et partenaires, nous fassions face à nos responsabilités. Le seul objectif est d’accompagner la compagnie pour qu’elle passe ce cap difficile." En principe le nouveau mandat du directoire aurait dû être de quatre ans soit jusqu’en 2016, mais Gérard Ethève a demandé que l’échéance soit maintenue à 2014.

QUE VA FAIRE GÉRARD ÉTHÈVE ?

Alors que jusqu’à présent, les initiatives venaient du président du directoire et directeur général, le conseil de surveillance lui laissant une large liberté d’action, Didier Robert a clairement marqué dès vendredi sa volonté de reprendre la main. "Le 3 février, le nouveau conseil de surveillance d’Air Austral se réunira. Il adoptera une feuille de route qui se sera soumise au directoire. Elle se situera dans le droit fil des résolutions adoptées lors du conseil d’administration de la Sematra le 13 décembre, à savoir analyse financière de la compagnie, établissement de comptes prévisionnels, examen du projet global d’Air Austral et de sa stratégie de développement avec une ouverture aux pays de la zone océan Indien et remise à plat du dossier de l’A380. Nous devons instituer une vraie démarche consensuelle entre le conseil de surveillance et le directoire. C’est notre responsabilité vis-à-vis du personnel de l’entreprise."

Comment Gérard Ethève, habitué à avoir les coudées franches, va-t-il se positionner par rapport à ce nouvel modèle de gouvernance ? "Je ne peux pas travailler en désaccord avec le conseil de surveillance, souligne-t-il, mais rien dans l’état actuel des choses ne montre que nous soyons en désaccord. J’adhère à la démarche consensuelle. Il n’y a pas d’un côté le conseil de surveillance et de l’autre le directoire. Le travail doit se faire en commun à partir d’une ligne stratégique définie par le conseil de surveillance. Je maintiens que nous n’envisageons pas de plan social. La suppression des vols vers l’Asie et l’Océanie sera compensée par l’augmentation des liaisons vers la métropole".

Didier Robert a incontestablement remporté vendredi la manche politique dans la bataille pour la gouvernance d’Air Austral en éliminant Paul Vergès. Le second round se jouera le 3 février prochain entre le nouveau président du conseil de surveillance et cette fois Gérard Ethève, président du directoire et directeur général. De l’accueil que ce dernier réservera à la feuille de route présentée par Didier Robert dépendra son avenir à la tête d’Air Austral.

(Source : Le Journal de l’île de la Réunion)

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires