La Réunion : 25 millions d’euros investis dans la pub au 1er trimestre

Avec le soutien de

Selon les données recueillies par la firme Pigé !, les investissements bruts des annonceurs réunionnais s’élèvent à près de 25 millions d’euros au premier trimestre 2012.

Le&nbsp parrainage ainsi que&nbsp les jeux et services SMS sont en croissance, représentant tous les deux une part nettement plus importante sur les trois premiers mois de cette année, par rapport à 2011, relève Jean-Paul Brouchot, directeur général de Pigé ! . La télévision présente un poids important à la Réunion (43%). L’affichage et la radio sont également prisés sur l’île (respectivement 14% et 17%). Alors que la presse écrite l’est moins (26%), « sans doute car l’offre est moins diversifiée, en particulier en ce qui concerne les magazines », souligne Jean-Paul Brouchot.

Par ailleurs, alors qu’en France métropolitaine, l’Internet représente 13% des investissements publicitaires, on est loin du compte à la Réunion. L’Internet représente en effet&nbsp seulement 1% des investissements publicitaires du 1er trimestre à la Réunion.. Sur une base hors jeux et services SMS et communication intra-groupe, la part d’Internet double et se situe à 2% sur février-mars.

Les marques réunionnaises

&nbsp« La bonne nouvelle, c’est que la position d’Internet surfe sur la croissance métropolitaine, car les principaux annonceurs ont déjà bien intégré qu’il s’agit d’un support indispensable et complémentaire dans leur stratégie média. » En effet, parmi les plus gros annonceurs réunionnais, Internet a représenté jusqu’à 8% des achats d’espaces, la moyenne se situant à 5%.

Pigé ! note également qu’à périmètre constant, les marques réunionnaises ont davantage fait de pub au 1er trimestre 2012, par rapport au 1er trimestre 2011 (+5,2%). Néanmoins, de fortes disparités d’évolution sont observées selon les médias. La télévision resterait ainsi le média refuge en cette période de crise, avec une croissance de 29% et un gain de 7 points de parts de marché. La presse écrite subirait quant à elle une chute de 22%, ce qui se traduirait par une baisse de sa part de marché de 11 points. La radio, enfin, serait en croissance de 23% et gagnerait deux points de part d’investissement.

&nbspEn ce qui concerne la question des investissements par secteur, les dépenses publicitaires ont particulièrement augmenté dans la banque (+164%), la télévision payante (+58%), les administrations et collectivités locales (+58%), les loisirs (+39%), les enseignes du sport (+38%), les opérateurs Internet (+24%) et les véhicules neufs (+16%). A l’opposé, le secteur des jeux et de la loterie chute de 68%, et les meubles et la décoration intérieure de 32%.

Deux grands secteurs pourtant très « publivores », selon Jean-Paul Brouchot, ont également marqué le pas. Il s’agit des produits de grande consommation (-22% pour les produits alimentaires, notamment), et la téléphonie mobile (-18%). Pour autant, les trois opérateurs historiques restent toujours dans le top 5 des annonceurs, qui compte à la première place le concessionnaire Renault, suivi des opérateurs Only, SFR et Orange, et enfin du concessionnaire Peugeot.

(Source : Le Journal de l’île de la Réunion).


&nbsp

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires