La Réunion : 2 000 téléphones portables volés chaque année

Avec le soutien de

Alors qu’au niveau national (France et ses territoires/départements d’outre-mer), le nombre de vols continue de diminuer depuis six ans, à La Réunion, on enregistre 2000 vols par an.

&nbspEn&nbsp France et dans ses territoires et départements d’outre-mer, le recul constaté depuis 2004, se poursuit, alors même que le nombre de portables en circulation augmente (3,4 millions de téléphones mobiles supplémentaires en un an), tout comme l’attractivité des modèles multimédia. Cependant, à La Réunion, les chiffres sont constants selon les autorités.

Aucune baisse ou augmentation significative. L’année dernière, la police nationale a ainsi reçu 907 plaintes pour vols de mobiles. 623 pour le premier semestre 2010. Aucun chiffre n’est en revanche avancé du côté de la gendarmerie qui recenserait globalement un nombre équivalent de plaintes. Au final, ce sont donc près de 2 000 mobiles au moins qui auraient été dérobés l’année dernière.

Difficile de s’appuyer sur d’autres chiffres. Des trois opérateurs téléphoniques de l’île, seul SFR a pu donner une estimation : la société a enregistré 1 700 vols de mobiles abonnés entre août 2009 et juillet 2010, précisant que ce nombre était sensiblement en hausse par rapport à l’année précédente. L’entreprise les comptabilise en fait à partir des demandes de blocage de cartes SIM effectuées par les abonnés quand leurs téléphones sont perdus ou volés.

Face à cette situation, des actions de sensibilisation et de prévention sont engagées, en particulier auprès des jeunes dans les collèges et les lycées. Un public qui reste en première ligne puisque féru des produits high-tech et particulièrement exposés qui plus est au racket.

S’il&nbsp est techniquement possible de localiser un téléphone (grâce au numéro IMEI), le parquet ne réquisitionne les services des opérateurs de téléphonie mobiles que dans les affaires estimées les plus importantes. Les gros moyens sont donc surtout utilisés en cas de vol avec agression ou encore de cambriolage. Le mobile est ainsi tracé pour retrouver des malfaiteurs qui risquent bien plus qu’une condamnation pour un “simple vol”.

&nbspA l’état-major de la direction départementale de la sécurité publique, le commandant Bernard Gence estime à “environ 35-40 %” le taux d’élucidation d’enquêtes pour des téléphones volés. Le reste correspond aux affaires plus simples, sans agression, ni cambriolage ou autre circonstance particulière. Dans ces cas-là, policiers comme gendarmes entament donc une enquête plus classique. Avec un résultat donc plutôt mitigé. Moralité : mieux vaut rester vigilant quand on s’achète un GSM à 200 euros. Ou sinon acheter celui à un euro. Ça fait moins mal en cas de vol…

Il faut noter qu’on comptait un million de téléphones portables dans la zone Réunion-Mayotte.

Source : Le Journal de l’Ile de La réunion

&nbsp

Le Journal de lIle de La runion

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires