La police enlève les affiches du MMM réclamant la tenue des élections municipales

Avec le soutien de

Placardées sur les billboards de la mairie de Port-Louis dans la soirée d’hier, mardi 26 octobre, toutes les affiches du Mouvement militant mauricien (MMM) réclamant la tenue des élections municipales ont été enlevées par la police.

Ameer Meeah, le représentant du MMM dans la circonscription No 3 a déclaré à lexpress.mu qu’il s’agit d’une «décision arbitraire» car les affiches portent le nom de l’imprimeur. Ce que conteste le sergent Lindsay Myrtille, du Police Press Office.

A la suite d’une conférence de presse du MMM, lundi, le comité régional des circonscriptions No 2 et No 3 s’est réuni en séance nocturne en présence du secrétaire général, Rajesh Bhagwan. «C’est après la réunion de lundi que les affiches réclamant la tenue des élections municipales ont été collées sur les billboards de la municipalité de Port Louis. Mais quel a été notre étonnement de constater le lendemain matin, que les affiches avaient disparu», indique Adil Ameer Meeah

Ce dernier dit qu’il s’est rendu au poste de police de Plaine Verte pour porter plainte. C’est là dit-il qu’il devait apprendre que c’est la police elle-même, suivant des directives «venant d’en haut» qui a enlevé toutes les affiches.

Adil Ameer Meeah dit avoir protesté auprès du chef inspecteur du fait, a-t-il affirmé, que les affiches portaient l’estampille de l’imprimeur, donc étaient «parfaitement légales». Il affirme, en outre, dans sa déclaration à l’express.mu, que sur les affiches on pouvait lire tout simplement : «Octobre 2005 – octobre 2010 donne élections municipales».

«Plus tard, ajoute notre interlocuteur, la police est venue nous présenter des affiches. Celles-ci ne portaient pas l’estampille de l’imprimeur. C’était pour faire voir qu’elle avait raison. Mais en somme ces affiches qui nous ont été montrées, proviennent d’un rouleau qui n’était pas destiné pour la campagne d’affiches», explique le député mauve.

Adil Ameer Meeah se demande si l’action de la police ne résulterait pas d’une intervention politique ? Il enchaîne en faisant un appel aux élections au niveau de villes pour corriger l’état de dégradation générale au niveau des cinq villes, Port Louis en particulier.

De son côté, Lindsay Myrtille, du bureau des relations publiques de la police, avance que ce sont les autorités policières qui ont fait enlever les affiches «qui ne répondent pas aux normes pour être considérées comme légales». Les affiches ne portant pas le sceau de l’imprimeur. «Si le député MMM pense que la police a mal agi, il n’a qu’à porter plainte», a encore dit le sergent Myrtille.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires