La marmite politique en effervescence

Avec le soutien de

Le MMM, lors de l’assemblée des délégués hier. Navin Ramgoolam était, lui, à Baie-du-Tombeau pour l’inauguration d’un centre culturel chinois.

A Baie-du-Tombeau, hier, dimanche 16 février, Navin Ramgoolam a fait montre de toute sa hargne contre l’opposition. Tandis qu’au MMM, l’on affine déjà sa stratégie en vue des élections générales. Réunis en assemblée, les Mauves s’interrogeaient notamment sur la répartition des tickets et sur leur avenir avec le MSM…

Présent lors de l’inauguration du Chinese Cultural Centre à Baie-du-Tombeau, hier, dimanche 16 février, Navin Ramgoolam y avait trouvé, là, une plate-forme politique. S’attaquant à l’opposition, il a notamment fait le parallèle entre ce qui se fait à Maurice et à l’international.

Evoquant les inondations en Angleterre, il a souligné que le Premier ministre britannique lui-même «inn dir pa kapav predir». «Ki gouvernman angle pe done ? Zis sac disab. Pa mem enn sou», a-t-il lancé. Mais d’affirmer qu’à Maurice, les gens «pe koz manti».

En France, a-t-il poursuivi, plus de 50 000 personnes sont sans électricité depuis plus de trois jours. «Ici, on demande au ministre Bachoo de démissionner», une requête qui avait été formulée par l’opposition, entre autres.

Le chef du gouvernement a aussi cité les Sept péchés sociaux, un ouvrage écrit en 1925 par Mahatma Gandhi, qui comprend, entre autres la politique sans principes que ferait l’opposition «gramatin, tanto». «Fer bann zafer drwat, verifi e avan dir kitsoz.»

Les MMM, eux, étaient réunis en assemblée durant cette même journée, à Belle-Rose. Eux, songent déjà aux élections et à leur alliance avec le MSM. Et Paul Bérenger a levé une partie du voile concernant le Remake 2000 : une autre assemblée décidera de leur alliance avec leur partenaire actuel vers finmars.

Les discussions sont en fait en cours entre Paul Bérenger et le leader du Mouvement socialiste militant (MSM), Pravind Jugnauth, sur le programme électoral, le nombre de tickets et les nominations aux postes importants, entre autres. Ils finalisent aussi les détails sur la réforme électorale.

Le MMM a aussi soutenu qu’il veut «prendre un nouveau départ » avec des jeunes. Mais, déjà, si le MMM devait partager 50 % des tickets avec le MSM, il y aurait moins de places disponibles pour les jeunes et les femmes, a fait ressortir Paul Bérenger. Il a précisé que le choix des candidats sera un exercice douloureux et difficile.

Déjà, le parti reconnaît qu’il n’y a pas eu d’attention accordée en 2005 à une communauté précise. Paul Bérenger a dit qu’il compte rectifier le tir.

«Inutile de dire maintenant que 30 tickets chacun n’est pas bon, car c’est ce qui était convenu en 2012 et même l’assemblée des délégués était d’accord», a aussi rappelé Paul Bérenger. Il a ajouté qu’il a donné sa parole à sir Anerood Jugnauth et que c’est sur cette condition que ce dernier était d’accord pour quitter son poste de président de la République. Il a aussi indiqué que c’est une des bases de la formation de l’alliance.

Toutefois, le leader des Mauves est au courant que les militants sont divisés ; d’une part ceux qui veulent d’une alliance électorale avec le MSM et de l’autre, ceux qui souhaitent que le MMM aille seul ou avec un parti minoritaire aux prochaines élections.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires