La Ligue arabe cherche une issue à la crise syrienne

Avec le soutien de

A l''''occasion de la visite de la Ligue arabe, des manifestations appelant à la chute du régime ont eu lieu dans tout le pays.

Une délégation ministérielle de la Ligue arabe dirigée par le Qatar s''est entretenue mercredi à Damas avec le président Bachar al-Assad. Objectif: trouver une solution à la crise en Syrie, éviter une intervention étrangère et engager une médiation entre le régime et l''opposition. Une nouvelle réunion doit se tenir ce dimanche.&nbsp&nbsp
.&nbsp&nbsp
De son côté, Burhan Ghalioun, président du Conseil national syrien (CNS), a appelé la communauté internationale à "protéger le peuple syrien" des massacres quotidiens et de la répression menée par le régime de Damas. Il&nbsp a en outre plaidé en faveur de l''envoi d''observateurs internationaux en Syrie pour faire cesser l''usage de la violence par le régime (...) « après huit mois de massacres organisés et systématiques".&nbsp&nbsp

De même, l''organisation Human Rights Watch (HRW) a appelé la Ligue arabe à demander au gouvernement d''autoriser l''envoi d''observateurs indépendants sur le terrain. "Une surveillance de ce type serait un pas majeur pour mettre un terme à la violence en Syrie et restaurer un climat de confiance", a indiqué l''organisation.&nbsp


A l''occasion de la visite de la Commission arabe, des dizaines de milliers de manifestations appelant à la chute du régime ont eu lieu dans diverses provinces du pays, notamment dans la capitale Damas, selon l''Observatoire syrien des droits de l''Homme (OSDH) et les Comités locaux de coordination (LCC) qui animent les protestations sur le terrain.&nbsp&nbsp Parallèlement, des milliers de Syriens, agitant des drapeaux et des portraits du président Assad, se sont rassemblés sur la place des Omeyyades, en plein coeur de Damas, pour affirmer leur soutien au régime.

Ce mercredi, 27 personnes, dont onze militaires, ont été tuées en Syrie lors de ces rassemblements. La répression a fait depuis mi-mars plus de 3000 morts, en grande majorité des civils, selon l''ONU.&nbsp&nbsp

Dans le même temps, un mouvement de grève était suivi dans une partie du pays. L''opposition avait appelé sur les réseaux sociaux à une grève générale mercredi, affirmant qu''elle n''accepterait "rien de moins que la démission" du président Assad "et sa traduction en justice".&nbsp Le CNS avait invité "toutes les catégories du peuple" à se joindre à ce mouvement "en prélude à des grèves plus générales et à la désobéissance civile qui sera à même de renverser le régime".&nbsp

Sources : L’EXPRESS.fr, AFP &amp Reuters

LEXPRESS.fr, AFP & Reuters

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires