La fumée provenant de l’incinérateur de l’hôpital Jeetoo révoltent des commerçants

Avec le soutien de

Les commerçants qui opèrent aux alentours de l’hôpital Jeetoo, Port-Louis,&nbsp se plaignent des mauvaises odeurs provenant de l’incinérateur de cet établissement. Un des opérateurs&nbsp affirme avoir, à plusieurs reprises, alerté les autorités mais aucune action n’a été prise jusqu’à présent.

«Une odeur infecte et nauséabonde de chair brûlée se dégage de cette cheminée. Cela fait plus de sept ans que nous alertons les autorités, mais elles ne font rien. J’ai déjà fait une complainte à la police de l’Environnement, mais cela n’a rien donné non plus», soutient un commerçant qui insiste pour garder l’anonymat.&nbsp

Le commerçant nous confie&nbsp que deux officiers des ministères de la Santé et de l’Environnement sont venus à sa boutique, ce lundi 31 janvier.

«Je leur ai dis que j’avais une vidéo en ma possession et que j’étais prêt à l’envoyer à l’Organisation Mondiale de la Santé. Ils&nbsp m’ont dit qu’ils ne me conseillaient pas de le faire, en soulignant que&nbsp&nbsp les autorités sanitaires du pays pourraient alors concentrer leur attention sur mon commerce et&nbsp me forcer à fermer boutique», soutient-il.

Un chauffeur de taxi qui travaille depuis plus de cinq ans devant l’hôpital Jeetoo atteste également que la fumée qui provient de l’incinérateur dégage une mauvaise odeur. «Nous sommes fatigués d’informer les autorités. Je me suis personnellement rendu aux Line Barracks pour faire une déposition et l’on m’a dit que ce cas ne regardait pas la police», affirme ce chauffeur de taxi.

Du côté de l’hôpital Jeetoo, les responsables ne veulent faire aucune déclaration, en précisant que le ministère les a ordonné de ne pas donner des informations sans l’avale du secrétaire permanent. Cependant, un des cadres de cet hôpital a laissé échapper que c’était à cause des récentes pluies que les déchets ont du être brulés.

«Il pleuvait et ces déchets allaient s’entasser dans l’enceinte de l’hôpital. C’est pour cela que nous avons dû les faire bruler. Mais dans quelques temps, ce problème sera réglé», a-t-il dit, avant que son collègue ne l’arrête.

Contacté par téléphone, l’attaché de presse du ministère de la Santé soutient qu’il sera en mesure d’apporter des précisions sur cette affaire, d’ici mercredi 2 février, après avoir compilé toutes les informations obtenues&nbsp des cadres concernés.

Lexpress.mu a également tenté de joindre les cadres du ministère de l’Environnement, mais ils étaient injoignables pendant toute la journée. Cependant, l’ancien secrétaire permanent de ce ministère, Sateeaved Seebaluck, reconnait que plusieurs plaintes ont été logées à la police de l’Environnement à ce sujet.&nbsp «La situation va changer certainement avec le nouveau bâtiment qui est en construction. Il est prévu que cette incinérateur soit mis hors de service», soutient-il.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires