La Fédération Créole Mauricien exprime le vœu de se rapprocher du pouvoir

Avec le soutien de

En froid depuis les dernières élections avec le pouvoir, la Fédération Créole Mauricien (FCM) veut enterrer la hache de guerre. Des tentatives de réconciliation avec le pouvoir et particulièrement avec le Parti Mauricien Social Démocrate (PMSD) sont à l’étude.

Les déclarations et les prises de position de la FCM lors de la campagne électorale de 2010, n’ont guère fait plaisir au pouvoir. « Résultat : la FCM ainsi que la communauté créole sont aujourd’hui en train d’en faire les frais. La note s’annonce même salée », lâche Mario Cangy, le président par intérim de la fédération. Le président Jocelyn Grégoire, lui, n’est pas au pays.

Le mot d’ordre déguisé du Père Grégoire à une semaine des législatives du 5 mai 2010, « Vote are to le ker », n’a manifestement pas encore été digéré par l’Alliance de l’Avenir, à en croire certains membres de la fédération. Les affrontements répétitifs entre la fédération et le leader du PMSD ont encore moins été favorables au groupe socioculturel.

D’ailleurs, au lendemain des élections, Xavier Luc Duval n’avait pas manqué de lancer une pique à Jocelyn Grégoire sur sa page Facebook : « Où est passé Grégoire ? », annonçant le début des hostilités entre les bleus et la FCM.

« Xavier Luc Duval m’avait lui-même dit qu’il est très ‘wild’ avec la FCM », nous révèle un cadre de la fédération. « Nous avons aussi essuyé pas mal de refus de la part du ministre de l’Education, Vasant Bunwaree, lorsque nous voulions nous entretenir avec lui concernant l’intégration de la langue kreol&nbsp à l’école », indique Olivier Précieux, secrétaire de la FCM.

Il y aurait, selon les membres de la fédération, une impression de la part de la communauté créole, d’être laissée sur le banc de touche. La tenue des élections partielles au même jour de la Pentecôte à Rodrigues,&nbsp la probable nomination de Prem Doonghoor au poste d’ambassadeur à Maputo, sont selon la fédération, des exemples flagrants du délaissement dont est victime la communauté.

« Il nous faut, de ce fait, renouer contact avec le pouvoir en place, sans toutefois se faire passer pour des opportunistes », explique Mario Cangy. Ce dernier admet, par la même occasion, que le Père Grégoire a été mal conseillé lors des dernières élections, « ce qui l’a emmené à faire des choix que l’on connait déjà », indique-t-il. En 2009, Jocelyn Grégoire avait été la cheville ouvrière du rapprochement entre le Parti Mauricien Xavier Luc Duval (PMXD) et le PMSD. Mais en 2010, cela a été la volte-face dans la logique du soutien à l’alliance prônant la défense des minorités.

Même si le dernier mot reviendra au leader, les membres de la fédération comptent, en tout cas, tout faire pour persuader le Père Grégoire de se réconcilier avec le pouvoir. « Il nous faut être réalistes, rester en froid avec le pouvoir ne nous avancera à rien », soutien un des membres. Le retour futur de l’abbé, annoncé avant le mois d’octobre, donnera plus d’indications sur les prochaines orientations politiques de la fédération, qui soufflera le même mois ses quatre bougies.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires