La députée Maya Hanoomanjee affirme qu’elle sera candidate aux prochaines législatives

Avec le soutien de

L’ex-ministre de la Santé inculpée dans le cadre de l’enquête sur l’affaire MedPoint déclare qu’elle va se retrouver sur la liste des candidats au No. 14 lors des prochaines législatives. Elle prenait la parole à un congrès du MSM le&nbsp vendredi 28 avril&nbsp à Chemin-Grenier.

Discrète depuis quelques mois, Maya Hanoomanjee refait parler d’elle. Inculpée par la Commission anti-corruption dans le cadre de l’affaire MedPoint pour trafic d’influence, l’ex-ministre de la Santé qui est à l’origine du départ du Mouvement Scialiste Militant (MSM) de l’Alliance de l’Avenir annonce qu’elle sera bel et bien candidate au No. 14 aux prochaines législatives.

Elle dit comprendrec que les militants sont découragés et a promis de ne pas les abandonner. « Mo conné bane militant découragés, mo na pas pou laisse zot tombé. Mo pou candidat No. 14 », s’est écriée la députée de la circonscription, lors d’un congrès du MSM à Chemin-Grenier en marge du meeting du 1er mai dans la soirée du vendredi 27 avril.

Elle a même lancé un appel en direction des absents« Mo fer ene appel à bane camarades pane vini zordi, retourné, na pa découragé. Mo pas pou laisse laisse zot tombé dans n’importe ki circonstance », a-t-elle lancé.

&nbspPravind Jugnauth a aussi pris la parole lors de ce rassemblement. Il&nbsp n’a pas manqué de critiquer son allié d’hier, Navin Ramgoolam. Il a également accusé ce dernier de manipuler la Commission anti-corruption quant à sa convocation par la commission anti-corruption le vendredi 27 avril 2012.

Pravind Jugnauth avait été invité&nbsp à prendre connaissance des procès verbaux de la réunion du Conseil des ministres en date du vendredi 18 juin 2010 et relatifs au rachat par l’Etat au couût de Rs 144 millions, de la clinique MedPoint, appartenant à sa sœur et à son beau-frère,

Pravind Jugnauth a également été inculpé pour conflit d’intérêts et il avait eu recours à la Cour suprême pour exiger ces documents du conseil des ministres . Le Secrétaire du conseil des ministres les a remis à la Commission anti-corruption sous certaines conditions, telles que le fait qu’ils ne peuvent être rendus publics.

Toutefois, selon la logique de Pravind Jugnauth, s’il a réclamé ces documents en Cour suprême, il ne peut se rendre à la Commission anti-corruption pour les consulter. Ce qui fait dire au sein de cette institution que le fils de Sir Anerood Jugnauth est en train de retarder l’enquête .

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires