La constable Ramchurn rendra sa décoration présidentielle si elle est trouvée coupable

Avec le soutien de
La policière Nirmala Ramchurn se verrait contrainte à rendre sa President’s Distinguished Service Medal, si jamais elle était trouvée coupable de faux et de complicité pour usurpation d’identité. C’est ce qu’a révélé le Premier ministre par intérim lors de la Prime Minister’s Question Time.

Décorée en mars 2012 par le Président de la République pour long service à la nation, Nirmala Ramchurn, la constable postée à Midlands pourrait être obligée de rendre sa médaille si jamais elle était trouvée coupable de faux et de complicité pour usurpation d’identité. C’est ce qu’a répondu le Premier ministre par intérim, Rashid Beebeejaun, à une question du député du Mouvement militant mauricien (MMM), Raffick Sorefan, lors du Prime Minister’s Question Time (PMQT), ce mardi 19 juin.

Le député de la circonscription No 15 (La Caverne/Phoenix) a aussi voulu savoir pourquoi la police n’a pas objecté à la remise en liberté conditionnelle de la policière. Le numéro 2 du gouvernement a expliqué que les policiers avaient déjà bouclé l’enquête. Toutefois, pressé de question, le Premier ministre par intérim a fini par dire que le Commissaire de la Police a exigé que deux gardes chiourme soient également interrogés. Ce qui a par la suite mis les députés de l’opposition dans une vive colère, car selon eux l’enquête policière n’a pas été correctement menée.

Pour rappel : c’est au mois de mai que Nirmala Ramchurn, qui compte 19 ans de service dans la force policière, se présente à la prison centrale de Beau-Bassin en compagnie d’un dénommé Sandeep Seebarrun. La policière avait présenté cet individu comme un policier. Ils sont tous deux allés rendre visite à un prisonnier qui avait été condamné pour trafic de drogue.
C’est toutefois après leur départ que les officiers de la prison centrale commencent à se poser des questions. La brigade antidrogue est alertée. Le lendemain, la policière s’est constituée prisonnière. Sandeel Seebarrun se rend à la police juste après.

Il faudra maintenant attendre la fin de l’interrogatoire des deux officiers de la prison de Beau-Bassin pour déterminer si Nirmala Ramchurn est bel et bien coupable.
Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires