La BAI obtient une extension du délai pour le rachat des titres de ses actionnaires minoritaires

Avec le soutien de

Seaton Investment Ltd, qui se pose comme un acquéreur potentiel de la totalité des actions de la British American Investment (BAI), a obtenu un prolongement de son délai pour convaincre les actionnaires minoritaires de vendre leurs actions.

La Financial Services Commission (FSC), le régulateur du marché boursier, entre autres, a agréé à la demande de Seaton Investment d’étendre le délai de validité de son offre d’achat jusqu’au 9 juillet prochain au lieu du 30 juin, comme prévu initialement.

Seaton Investment est déjà l’actionnaire majoritaire de la BAI, détenant 69,42% du capital de cette société d’investissements. Elle souhaite racheter la différence, soit un peu plus de 29 millions d’actions. Elle propose un prix de rachat de Rs 20 par action, soit un deal d’un montant global de Rs 610 millions.

A un prix de Rs 20 par action, le milieu boursier est plutôt positif quant à la capacité de Seaton Investment de convaincre un maximum d’actionnaires. Ils font ressortir que le cours de la BAI en bourse plafonne à Rs 17,40. Le prix offert pour le rachat des actions, qui est de Rs 20 chacune, représente donc une prime de Rs 2,60 par action. Sera-t-il suffisant pour convaincre les actionnaires de vendre ?

La BAI était cotée à Rs 13,10 au 1er avril de cette année. A partir du 8 avril, le cours a plafonné à Rs 11,90 jusqu’au 29 avril. Le lendemain, il a plongé à Rs 11,50 avant de se « rétablir » à Rs 11,60, quelques jours plus tard. A la mi-mai, le prix remontait à Rs 13,20. Puis, il est passé à Rs 14,50 le 17 mai. Le jour suivant, soit le 18 mai, il s’est stabilisé à Rs 17,40, prix qu’il n’a plus quitté depuis.
&nbsp
C’est précisément le 17 mai que Seaton Investment a annoncé son offre de rachat aux actionnaires minoritaires. La BAI confirme simultanément être en présence d’une offre à Rs 20 par action. Quelque 141 000 actions de la BAI ont changé de mains ce jour-là. Le 18 mai, ce sont 183 000 actions qui seront échangées. Depuis, plus rien. Pas la moindre transaction.

Seaton Investment justifie sa demande d’extension en arguant que de nombreux actionnaires n’auraient pas reçu, ou alors trop tardivement, son offre d’achat officiel.

De son côté la Stock Exchange of Mauritius (SEM) a accepté de prolonger la suspension des actions de la BAI du marché officiel jusqu’au 9 juillet. La SEM indique que la cotation reprendra à partir du 12 juillet.

Si Seaton Investment obtient effectivement la totalité des actions de la BAI, il est clair que cette société ne sera plus cotée en Bourse car les règlements stipulent qu’une société doit avoir un minimum de 25% de ses actions entre les mains du public pour être sur le marché officiel.&nbsp D’ailleurs, c’est pour cette raison que Courts n’est plus cotée en Bourse car la compagnie ne remplissait plus cette condition depuis longtemps. Courts ayant été rachetée par la BAI, justement.

La BAI justifie son acquisition éventuelle par un unique actionnaire, Seaton Investment, par le besoin d’une plus grande indépendance et d’une plus grande souplesse concernant ses décisions d’affaires. Elle prévoit d’être active à l’avenir et déclare qu’elle ne veut pas faire courir des risques aux actionnaires minoritaires. Prochain épisode après le 9 juillet.

La BAI possède la British American Insurance, Courts, Iframac, la Bramer Bank, des bureaux de changes, entre autres. Elle a des intérêts dans le nouvel hôpital privé, Apollo Bramwell. Elle est également engagée dans le foncier et l’immobilier et opère une compagnie de construction. La compagnie a des intérêts à Madagascar, au Kenya, Dubai, France et Malte.

Selon le bilan financier de 2009, la BAI déclare détenir des actifs (total assets) de Rs 30,5 milliards. La compagnie déclare avoir réalisé Rs 14,7 milliards de chiffres d’affaires pour un résultat net de Rs 102 millions de bénéfices.

&nbsp

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires