L’ensemble de la classe politique secoué par l’annonce du cancer de Paul Bérenger

Avec le soutien de

Réactions unanimes de surprise et de sympathie parmi la classe politique après l’annonce faite par Paul Bérenger lui-même de sa maladie. Le leader de l’opposition et du MMM a déclaré publiquement qu’il souffre d’un début de cancer à l’amygdale gauche.

L’annonce faite par Paul Bérenger&nbspce mercredi 23 janvier, au cours d’une conférence de presse, a surpris toute la classe politique. Le premier ministre, Navin Ramgoolam, en ce moment à Davos, s’est déclaré attristé par cette nouvelle dans une déclaration à la radiotélévision nationale. «Dès que j''ai appris la nouvelle, j’ai appelé Paul Bérenger. J’étais vraiment triste. Cela peut arriver à n’importe qui. J’espère que nous le retrouverons vite (après son traitement) et qu’il sera guéri,» a-t-il souhaité.

Sir Anerood Jugnauth, leader de l’Alliance MMM-MSM s’est dit convaincu que Paul Bérenger sera sur la scène politique pour le 1er mai. «Je suis confiant qu’il s’en remettra vu que le cancer a été découvert dès le départ. J’espère qu’il retournera au pays en bonne santé. Notre stratégie ne sera pas affectée, et je ne vois pas pourquoi cela affaiblira nos militants. Mais reste à voir quel effet cela aura auprès du public. Je suis confiant qu’il sera là pour le 1er mai», rajoute-t-il.

Le député mauve Alan Ganoo qui assumera les fonctions de leader de l’opposition en l’absence de Paul Bérenger, dit regretter de devoir assurer la suppléance dans de telles circonstances. Il se dit déterminé à faire de son mieux pour que le «MMM garde sa réputation de force motrice de l’opposition».

«Je ne pourrais pas remplacer Paul Bérenger, mais je suis entouré des membres de l’opposition pour mener à bien ce rôle», confie Alan Ganoo.

Arianne Navarre-Marie, députée du MMM dit s’être inspirée de l’engagement de Paul Bérenger avant de franchir le pas vers la politique. «Je l’ai rencontré cet après-midi et il est toujours aussi courageux et fort. Je suis sûre qu’il reviendra très vite et il le faut parce qu’on a besoin de lui», nous confie-t-elle.

Les&nbspplus farouches opposants de Paul Bérenger ont enterré la hache de guerre.&nbsp Nita Deerpalsing, responsable de&nbsp communication du Parti travailliste affiche, en effet, de l’empathie envers le leader de l’opposition. «Nous sommes de tout cœur avec Paul Bérenger et ses proches», affirme Nita Deerpalsing.

La chargée de communication des Rouges nous confie qu’au-delà de la politique, Paul Bérenger reste une personne très appréciée. «Il va nous manquer au Parlement. Je trouve que le Parlement n’est pas le même sans lui. Sa maladie me fait réaliser qu’après tout, nous sommes humains et ce qui lui arrive peut nous arriver aussi. Vivement qu’il retourne au Parlement pour une autre petite colère de sa part !», lâche Nita Deerpalsing avec émotion.

Patrick Assirvaden, président de l’exécutif du Parti travailliste, rejoint les propos de sa collègue Nita Deerpalsing et ajoute, pour sa part, qu’il compte prier pour le rétablissement de Paul Bérenger. Il dit avoir beaucoup d’admiration pour le courage exprimé par le leader de l’opposition en annonçant sa maladie. «Je ne sais pas si j’aurais eu le même courage à sa place», affirme-t-il.

Sur le plan syndical, Ashok Subron, dirigeant de la General Workers Federation, dont l’un des fondateurs se trouve être Paul Bérenger, affirme que les travailleurs réunis au sein de ce syndicat suivront de près l’évolution de son état de santé. «Le connaissant, nous sommes convaincus qu’il bravera cette maladie!», soutient le syndicaliste.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires