L’avarie à la coque de l’Angel 1 sera réparée à 6 miles nautiques de la côte est

Avec le soutien de

Le cargo panaméen devra être tiré vers une zone où la profondeur est de 4 000 mètres pour des réparations préliminaires. Si jamais les choses tournent mal, les risques environnementaux seront moindres.

Mieux vaut prévenir que guérir. Les autorités mauriciennes ont pris la décision de faire remorquer le cargo panaméen Angel 1 à environ 6 miles nautiques de la côte est pour les réparations préliminaires à la coque.
Depuis le dimanche 6 novembre, toute une logistique a été mise en place pour le coup d’envoi du remorquage du navire déjà délesté de 9 600 tonnes de riz et de 400 tonnes de carburant. Des pompes totalisant une capacité de 3 200 m3/heure ont été installées pour parer à toute éventualité.

Durant toute la matinée de lundi, les remorqueurs Mahanuwara et le Coral Sea Fos ont vainement tenté de tirer le cargo des brisants de Poudre-d’Or mais l’opération a dû être suspendue vers 14h30 avec la marée basse. En mode stand-by, les remorqueurs de la Mauritius Ports Authority (MPA) devront agir en soutien si le besoin se fait sentir.

L’exercice a repris mercredi et si le navire a fini par bouger. Au cas contraire, il aurait fallu délester davantage les sacs de riz à bord. Le tout dépendant de la décision de l’ingénieur chargé de calculer quel poids doit être retiré dans les différentes cales de l’Angel 1 afin de le remettre à flots.

Toute cette opération devra coûter Rs 300 millions à l’armateur en terme de coûts à payer à la MPA et à la police. Cette dernière a eu recours à ses hélicoptères, entre autres, pour le transport de matériel à bord depuis début août.

De Singapour, l’Angel 1 faisait route vers la Cote d’Ivoire avec 32 000 tonnes de riz quand il a subi une panne de moteur aux larges de Maurice dans la nuit du vendredi 5 août. Après une demande d’autorisation pour des réparations à 2,7 miles nautiques de Poudre d’Or, le capitaine s’est rendu compte le lundi suivant que son navire était prisonnier des récifs.

Pour ajouter à sa déconvenue, les hélices ont été endommagées et la salle des moteurs étaient sous huit mètres d’eau. C’est ainsi qu’une équipe d’une entreprise grecque de renflouage a aussitôt été dépêchée dans l’île. Ce n’est que récemment que celle-ci a pu repérer la fissure à la coque, située entre les cales 4 et 5.

Selon les calculs de la firme grecque de renflouage et les autorités mauriciennes, l’Angel 1 devra quitter les brisants de Poudre-d’Or d’ici la semaine prochaine.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires