L’affaire Ramlogun sera appelée de nouveau en justice le 21 février 2011

Avec le soutien de

Le vice-Premier ministre, Rashid Beebeejaun, répondait au député Eric Guimbeau en l’absence du Premier ministre, ce mardi 24 novembre, à la séance parlementaire.

Eric Guimbeau a posé une question ayant trait, d’une part, aux décès en cellule policière depuis juin 1995, et, d’autre part, sur les enquêtes dans les affaires Kaya et Ramlogun, tous deux morts en prison.

Depuis 1995 jusqu’au 19 novembre 2009, la police a enregistré 26 cas de décès en détention. Les années 1998 et 2001enregistrent le plus fort taux avec 5 cas. Pour les années 1997, 2000 et 2003, aucun cas n’a été enregistré. Ces chiffres ont été fournis par le Commissaire de police.

En ce qui concerne le décès de Jean Réginald Topize, aussi connu sous le nom de Kaya, le vice-Premier ministre a rappelé qu’il se réfère à la réponse donnée par le Premier ministre à la séance parlementaire du 30 juin 2009. Il a relevé les grandes lignes de cette enquête, marquée notamment par les différents rapports produits par les médecins légistes White et Ramstein.

Pour le cas de Rajesh Ramlogun, Rashid Beebeejaun a mentionné le fait que quatre officiers de la Major Crime Investigation Team ont été poursuivis sous une accusation provisoire de meurtre. Ils ont été toutefois relaxés en mai 2009 par la cour intermédiaire. Mais ils comparaitront à nouveau en cour d’appel le 21 février 2011.

&nbsp

Publicité
Publicité
Soutenez lexpress.mu

Pendant cette période de confinement, profitez de l’express, Business Mag, Weekly, 5-Plus Dimanche, de tous vos magazines préférés et de plus de 50 titres de la presse Française, Afrique et Ocean indien sur KIOSK.LASENTINELLE.MU.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous !

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x