L’achat de Med-Point par l’Etat : Aucune condition électorale affirme Pravind Jugnauth

Avec le soutien de

Le leader du Mouvement Socialiste Militant dément tout accord pour l’achat de la clinique MedPoint par l’Etat. Il revient sur le mot vulgaire utilisé lors de ses meetings, estimant qu’il devra le dire avec l’accent français…

« Je n’ai imposé aucune condition pour faire alliance avec le Parti Travailliste ». Il n’y a pas message plus clair de Pravind Jugnauth. Lors d’un rassemblement à Port-Louis ce jeudi 24 février, le leader du Mouvement socialiste militant (MSM) s’offusque que le chef de l’opposition, Paul Bérenger, ait insinué que son parti aurait imposé au Parti Travailliste l’achat de la Clinique Med-Point par l’Etat comme condition d’une alliance électorale en mai 2010.

L’achat de cette clinique appartenant au Dr Kishan Malhotra le beau-frère de Pravind Jugnauth, en décembre dernier pour le transformer en hôpital gériatrique ne cesse de faire couler beaucoup d’encre depuis le début de l’année. Et Paul Bérenger ne s’en prive pas pour faire des révélations semaine après semaine.

La leader de l’opposition dans plusieurs déclarations révélé ce qu’on pourrait considérer comme des abus. Il y a d’abord le rapport d’experts qui préféraient le développement de plusieurs centres de soins gériatriques régionaux à la création d’un hôpital spécialisé pour les personnes âgées.

Ensuite, Paul Bérenger a circulé des documents qui font état de la décision de demander à un consultant privé de réévaluer la clinique après un exercice similaire effectué par un fonctionnaire.

Finalement, il a été révélé que le ministre Satish Faugoo faisant la suppléance au ministère de la Santé avait soutenu l’avis des experts qui préconisaient le développement des centres régionaux.

Le leader de l’opposition avait réclamé le rappel du Parlement et l’institution d’un Select Committee pour se pencher sur le dossier. Le Premier ministre a répondu que la Commission anti-corruption (l’Icac) ayant entamé une enquête sur le rachat de la clinique autant la laisser faire son travail.

Face à la thèse de Paul Bérenger que le MSM aurait négocié la vente de la clinique MedPoint dans le cadre de l’accord électoral, Pravind Jugnauth a un raisonnement simpliste. Le leader du Mouvement militant mauricien (MMM) veut simplement l’écarter afin de se faire une place aux cotés du Parti Travailliste. D’où l’expression vulgaire qu’il a utilisée pour désigner Paul Bérenger comme un mendiant.&nbsp

Il a terminé son rassemblement en ressassant ses propos vulgaires. Il a déclaré qu’il prononcera le terme vulgaire qu’il a utilisé avec l’accent français plutôt qu’en créole…pour l’appréciation de la presse.&nbsp « Au lieu dire Bérenger pé mendié, mone dire soussé. Peut être pour certains membres la presse mo bizin pas dire soussé mais suuccé… », a conclu&nbsp le vice-Premier ministre.

&nbsp


&nbsp

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires