KS Building Construction : Les employés veulent que soit reconnu leur temps de service

Avec le soutien de

Une douzaine d’employés de l’entreprise KS Building Construction se sont réunis devant les locaux du ministère du Travail, ce mardi 10 janvier, avec des pancartes. Ces ouvriers licenciés réclament que l’employeur reconnaisse leurs années de service. Ils en appellent à l’intervention du ministre du Travail.

Ils parlent de licenciement injustifié. Les ouvriers de l’entreprise KS Building Construction soupçonnent la direction de l’entreprise d’avoir eu recours à un « dégraissage arbitraire », surtout qu’il n’ya eu aucune consultation avec le corps syndical. Ils ont tenu une manifestation pacifique devant la Victoria House jusqu’à midi, ce mardi 10 janvier.

Atma Shanto, président de la Fédération des Travailleurs Unis (FTU), syndicat qui regroupe les employés de KS Building Construction, soutient que ce sont les deux lois du travail, l’Employment Relations Act et l’Employment Right Act qui ont favorisé ce licenciement.

« J’ai envoyé plusieurs lettres à l’employeur sans obtenir de réponse. Les employés ont subitement reçu leur feuille de route. Certains parmi eux comptent une dizaine d’années de service au sein de cette entreprise et ils ne savent pas si l’employeur va reconnaître cela », affirme-t-il.

Emmanuel Veerasamy est âgé de 56 ans. Il est un des ouvriers qui sera licencié ce jeudi. « J’ai plus de sept ans de service au sein de cette entreprise. J’ai été mis à la porte sans raison. Je souhaite avoir l’assurance que toutes mes années de service seront prises en compte pour ma compensation », avance l’employé.

Kessaven Sawminaden, directeur de KS Building Construction, explique qu’il a pris cette décision pour éviter que la compagnie fasse faillite. Il affirme que l’entreprise n’a fait aucun profit pour 2011 et n’a obtenu aucun contrat de construction pour 2012.

« J’ai licencié ceux qui étaient le moins productif, ceux qui s’absentaient régulièrement et qui ne faisaient pas leur travail avec rigueur », explique l’employeur. Cependant, ce dernier promet de payer des compensations aux licenciés en tenant compte de leurs temps de service.

Le ministre du Travail Shakeel Mohamed a, quant à lui, affirmé à lexpress.mu que les inspecteurs de son ministère enquêtent déjà sur ce dossier. Selon un haut cadre de son ministère, il n’était pas à son bureau au moment de la manifestation.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires