Kick-boxing: Facson Perrine, médaillé de bronze

Avec le soutien de

Grâce&nbspà Facson Perrine, Maurice décroche une quatrième médaille aux Championnats du monde Juniors. Il rejoint le double champion du Monde, Fabrice Bauluck (2004 et 2006) et le médaillé de bronze 2006, Niven Ramasubbu, au palmarès de cette compétition.

Le jeune homme est rentré de Serbie hier matin. Le tireur, tout ému, a retrouvé sa mère à l’aéroport de Plaisance après huit mois. Autour de son cou, une belle médaille de bronze remportée aux Championnats du monde juniors de kick-boxing (-60 kg). La compétition s’était tenue du 19 au 26 août en Serbie.

Certes, une médaille ne peut effacer de longs mois d’absence, mais c’est un encouragement. Depuis février, son fils a quitté Rodrigues pour vivre à Maurice. Ce dernier n’avait qu’une idée en tête : se peaufiner pour mieux exercer son art. « Même à Rodrigues, il passait son temps au gymnase. Il y allait directement de l’école. Les sacrifices que nous faisons payent. Je lui souhaite le meilleur », lâche-t-elle avec beaucoup d’émotion.

Facson Perrine est l’étoile montante du sport rodriguais. Il était pressenti pour devenir le deuxième Mauricien à s’illustrer comme champion du monde juniors de kick-boxing. Malheureusement, la campagne serbe n’a pas eu le dénouement escompté.

Le kickboxer originaire du village Orange s’est contenté de la troisième place. Si, autour de lui, subsiste une once de déception, le tireur reste positif. « J’étais parti aux Mondiaux pour décrocher une médaille. Je l’ai. Peu importe sa couleur, elle est de bon augure pour la suite », lâche-t-il.

Le tireur rentre des Mondiaux mûrit. « Ces championnats du Monde ont été une expérience impressionnante. Je n’ai jamais évolué dans une telle ambiance », explique-t-il. Pour l’entraîneur national, Judex Jeannot, il se pourrait que son poulain ait été dépassé par ses émotions.

« On croyait qu’il était inébranlable psychologiquement mais non. Comme tout jeune, il est fragile mentalement. Son manque d’expérience à ce niveau a joué contre lui. Il s’est laissé impressionner», avoue Judex Jeannot. Lors de sa demi-finale contre le Kazakh, Turdiyer Nurbek, Facson Perrine a été l’ombre de lui-même. « Il s’est fait écraser lors du premier round. Il n’a jamais pu exprimer sa boxe lors de ce combat pourtant prenable», explique Judex Jeannot.

L’entraîneur national est convaincu que la finale et même la médaille d’or étaient à sa portée. « Le Russe, Zukaryan Karen, qu’il a éliminé à l’unanimité des juges, était bien plus impressionnant. S’il avait eu cette demi-finale, c’est certain qu’il aurait enlevé l’or, car c’est le Kazakh qui a décroché le titre », souligne Judex Jeannot.

Dans moins de trois mois, le kickboxer rodriguais fêtera ses 18 ans. Le jeune homme entrera chez les seniors. « La compétition a été un tremplin pour ma carrière chez l’élite », explique-t-il. Son prochain objectif : les championnats d’Afrique. La compétition qualificative pour les Mondiaux Seniors 2011 se tiendra du 15 au 19 décembre au Gabon. « Il n’est qu’au début de son cheminement », lâche le président de la Fédération mauricienne de kick-boxing et disciplines assimilées (FMKBDA), Michael Chelvan.

Le Rodriguais n’est pas de ceux qu’on décourage facilement. « Lors de sa préparation, il a montré beaucoup de détermination. Cette qualité en plus de son talent font de lui un boxeur prometteur », commente Judex Jeannot.

« Le titre de champion du monde viendra. L’année prochaine, j’en ferai ma priorité», assure Facson Perrine. Son oncle, Jean-Claude Spéville, est certain qu’il parviendra à réaliser son rêve. « Il a le caractère nécessaire pour se faire une place au sommet. Il a démontré cette capacité face à des boxeurs plus expérimentés que lui à plusieurs reprises», confie Jean-Claude Spéville. Ce dernier est, aujourd’hui, âgé de 36 ans. L’ancien boxeur, qui a été le premier Rodriguais à disputer un championnat du Monde en 2005, est, aujourd’hui, entraîneur. Il a aussi inculqué les bases du kick à son filleul, Facson. « C’est un gars très appliqué et déterminé », poursuit-il. Les éloges à l’égard du jeune homme ne manquent pas. Facson Perrine se fait un point d’honneur de confirmer. « La prochaine fois, la récolte sera meilleure », lâche-t-il avec beaucoup d’assurance.

Pour l’encourager, la commission de la jeunesse et des sports de Rodrigues lui octroie une bourse. « Sa bourse lui permet de se consacrer au kick. C’est une chance inouïe. J’espère que d’autres collectivités locales emboîtent le pas à la commission rodriguaise », lance Michael Chelvan.

En attendant d’autres victoires, il savoure sa place sur le podium en compagnie de sa mère, Marie-Rose, toute fière de son fils prodige. Aujourd’hui, cette dernière reprend l’avion pour Rodrigues.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires