Joe Lesjongard raconte les humiliations qu’il aurait subies au MSM

Avec le soutien de

L’ancien président du Mouvement Socialiste Mauricien (MSM) revient sur les raisons de sa démission.

Joe Lesjongard ne rejoindra pas un autre parti, du moins pas pour le moment. Il siégera au Parlement en tant qu’indépendant. C’est ce qu’il annonce. Conscient que sa démission du MSM a contribué à alimenter la marmite politique, Joe Lesjongard ne veut pas pour autant se précipiter dans ses choix. Il préfère à ce stade éclaircir les choses par rapport à sa démission.

Pravind Jugnauth aurait ainsi reproché à Joe Lesjongard de ne jamais critiquer Paul Bérenger, d’avoir demandé le rappel du Parlement dans une lettre adressée au Premier ministre, entre autres… De son côté, Joe Lesjongard dit avoir été trop souvent «humilié» par les agissements de son ancien leader. Humiliations et déceptions qui sont à l’origine de sa démission.

L’ancien président du MSM définit cet acte comme «un sacrifice» pour le bien-être du parti et considère toujours Sir Anerood Jugnauth comme son idole politique.

«Le président d’un parti politique ne peut pas recevoir d’ordre d’un simple activiste», s’indigne Joe Lesjongard. Ce dernier fait référence à une situation «humiliante» qu’il a vécue pendant la campagne du MSM dans la circonscription numéro 8.

«Pravind Jugnauth m’avait demandé de m’occuper d’un centre de vote de cette circonscription. Après avoir tenu plusieurs réunions, je lui ai fait part de tous les problèmes que j’ai rencontrés. Il m’a écouté, puis il a décidé de s’occuper personnellement du centre de vote. Mais, il a dit aux membres du parti que cette décision venait de moi», raconte Joe Lesjongard. Cependant, ce dernier confie n’avoir jamais pris une telle décision.

Puis, Pravind Jugnauth aurait décidé de transférer Joe Lesjongard dans un autre centre de vote qui était déjà dirigé par un simple activiste. L’ancien président du MSM s’est vu obliger de recevoir ses ordres d’un simple activiste. Cet épisode n’a pas laissé insensible Joe Lesjongard. Mais ce n’est pas la seule fois où ce dernier s’est senti humilié.

Il se souvient d’un épisode similaire en 2008. «Cela faisait un bon moment que je m’occupais de l’organisation de la célébration du 1er février. J’avais pris pour habitude de distribuer des gerbes que le président, le secrétaire général et le leader du parti déposaient à Pointe-Canon. Mais il y a eu une année où je n’étais pas au pays pendant les deux semaines précédents l’événement. Je suis rentré à Maurice le 1er février et je me suis directement rendu à Pointe-Canon. J’ai été étonné de voir que tout le monde avait des gerbes, sauf moi» raconte-t-il.
Ce sont ces petits riens qui ont fini par excéder Joe Lesjongard.


(Photo: Beekash Roopun )

&nbsp

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires