Irak : 32 morts et 100 blessés dans un attentat

Avec le soutien de

Un kamikaze a tué au moins 32 personnes, dont 11 policiers, et en a blessé une centaine lors d''''un attentat visant des pèlerins chiites à Bassorah, capitale du Grand Sud irakien, rapportent samedi la police citée par Reuters.

"Maintenant, nous comptons 32 morts et plus d''une centaine de blessés", a déclaré Ahmed al Soulaiti, vice-responsable du conseil de la province. "Un terroriste portant un uniforme de la police et disposant de faux documents de la police est parvenu à atteindre un poste de contrôle et s''est fait sauter au milieu de policiers et de pèlerins", a dit un policier présent sur les lieux.Les pèlerins se dirigeaient vers une importante mosquée dans l''ouest de la seconde ville irakienne.

Les forces de sécurité ont interdit l''accès du principal hôpital de la ville, redoutant de nouveaux attentats. Des soldats, des policiers et des civils continuaient d''y ramener des corps.

L''attaque a eu lieu lors de fin de la fête chiite de l''Arbaïn. Cette fête marque la fin de la période annuelle de deuil pour l''imam Hussein ben Ali, petit-fils de Mahomet, mort en l''an 680 à la bataille de Kerbala.

Cet attentat s''inscrit dans un contexte marqué par de vives tensions entre chiites et sunnites depuis le retrait des dernières troupes américaines à la mi-décembre, mais aussi de fêtes annuelles pour la communauté chiite.

Le 5 janvier dernier, cinq attentats visant des chiites, dont quatre dans des quartiers habités par cette communauté à Bagdad, ont fait au moins 73 morts et près de 150 blessés.

Selon l’agence AFP, au moins 50 personnes ont été tuées, lors d''une distribution de nourriture aux pèlerins en route pour un site dédié à l''imam Ali. L''attaque a fait 20 morts et 15 blessés, selon un responsable de police, et 25 morts et 40 blessés selon une source médicale de l''hôpital Sadr de Bassora.

Ces violences ne découragent pas les millions de chiites qui prennent chaque année la route, pour beaucoup à pied, pour Kerbala. L''imam Hussein a été tué après un conflit pour le leadership des musulmans 48 ans après la mort de Mahomed, fondateur de l''islam, dans une bataille remportée dans le désert de Kerbala par les troupes du calife omeyyade, Yazid. Cette guerre devait ensuite symboliser le schisme entre sunnites et chiites.
Comme chaque année, les pèlerins, vêtus de noir et le front ceint d''un bandeau vert, ont tourné autour des mausolées de Hussein et de son demi-frère Abbas, en se frappant la tête et la poitrine en signe de repentance pour ne pas leur avoir prêté main forte dans la bataille, au rythme d''une musique funèbre.

&nbsp

( Sources : Reuters &amp AFP).


&nbsp

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires