Inondations: Me Robert Ahnee demande une enquête sur la responsabilité des décideurs

Avec le soutien de

Dans une lettre au Directeur des poursuites publiques (DPP), Me Robert Ahnee plaide pour une enquête judiciaire sur les inondations meurtrières du 30 mars.  L’ancien juge,  qui a failli y laisser sa vie ce jour-là,  veut que soit établie «la responsabilité pénale» des décideurs publics.

Dans un plaidoyer envoyé au DPP, dimanche 7 avril, Me. Robert Ahnee, énumère des arguments qui situent la responsabilité des autorités dans cette catastrophe. Il appelle à une enquête judiciaire avec des pouvoirs accrus.  «Au risque de choquer plus d’un, j’affirme que le judiciaire peut et doit dans les circonstances, enquêter sur la police et ceux qui la dirigent, y compris le commissaire de Police, le chef de Cabinet et le ministre de l’Intérieur. Il ne s’agit pas simplement d’établir les causes, mais aussi et surtout la responsabilité des décideurs publics dans la mort de Sylvia et Jeffrey Wright, Amrish et Trishul Tewary, Keshav Ramdharry, Vickash Khoosye, Lai Kim Wong Tat Chong, Ravindranath Bhowany, Retnon Sithanen, Stevenson Henriette et Christabel Moorghen», écrit l’ancien juge, dans une lettre envoyée dimanche 7 avril, au DPP.

Me Robert Ahnee raconte comment il s’était retrouvé pris au piège dans la zone du Caudan. «Il devait être un peu moins de 14h30, lorsqu’en compagnie d’un ami étranger, je quitte le Suffren, au volant de ma voiture, le samedi 30 mars. Après avoir parcouru quelques 200 mètres, nous sommes surpris par une déferlante. Ma voiture, une Mercedes 280, s’immobilise, le moteur noyé. L’eau continue à monter. Mon instinct animal me pousse à abandonner le véhicule pour retourner à pied au Suffren», relate-t-il.

C’est quelques heures plus tard en regardant la télé qu’il va réaliser l’ampleur des inondations qui ont frappé Port-Louis.  Une semaine après le choc qu’il a vécu et au vu de la tournure des événements après cela, l’ancien juge en appelle au DPP. Il s’agit, dit-il «d’établir la responsabilité pénale de ceux qui avaient le devoir d’assurer la sécurité publique».


Sa lettre est étayée de faits qui démontrent la part de responsabilité des autorités dans ce qui s’est passé. «La tâche de rendre justice et de prévenir d’autres drames similaires revient à l'Etat. C’est d’ailleurs le meilleur moyen de s’assurer que les responsabilités seront dorénavant assumées. Et certainement le meilleur hommage à rendre aux victimes», plaide l’ancien juge.


Me Robert Ahnee, demande instamment aux DPP, d’«usez de toute votre influence pour que la Police ait au moins la décence d’attendre que la culpabilité des autres petits responsables soit établie devant une cour de justice avant de les arrêter – il n’y a là aucune urgence !»


Il insiste pour une enquête digne de ce nom et alerte le DPP «du danger à confier une enquête judicaire à quelque jeune magistrat inexpérimenté. »

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires