Infinity BPO: Possible nouvelle grève de la faim si la totalité des salaires n’est pas payée

Avec le soutien de

Les employés d’Infinity BPO n’ayant toujours pas reçu leurs salaires seront à la Cyber Tower I d’Ebène, ce lundi 14 février, à partir de 11 heures. La grosse crainte : la somme débloquée pour payer les employés pourrait se révéler insuffisante. Et les employés ne comptent pas rester les bras croisés
&nbsp
Ils sont quelque 300 employés d’Infinity BPO qui espèrent toujours que ce que leur doit le centre d’appels leur sera versé ce lundi 14 février. Certains font toujours un sit-in devant les locaux d’Infinity BPO, à Ebène, depuis la soirée du vendredi 11 février, quand ils ont appris qu’ils devraient attendre deux jours de plus. EN cas de non-paiement, une nouvelle grève de la faim n’est pas à écarter

Le paiement des salaires avait commencé dans la soirée du vendredi 11 février, au 6ème étage de la Cyber Tower I, à Ebène. Ce soir-là, seuls ceux qui avaient fait une grève de la faim ont reçu leur dû, certains d’entre eux avançant que le montant reçu est inférieur à ce qu’ils devaient toucher.

Vers 22h30, vendredi dernier, le cabinet d’experts-comptables Grant Thornton, chargé de la distribution des salaires, a indiqué à ceux qui n’ont pas encore reçu leur salaire de revenir ce lundi 14 février. C’est ce qui a d’ailleurs causé la colère des employés dans la soirée du vendredi 11 février. Mécontents, plus de vingt d’entre eux ont commencé le soir même, un sit-in devant les locaux d’Infinity BPO, situé non loin de la Cyber Tower I.

Cynthia, 22 ans, est télé-agent à Infinity BPO depuis 2007. Elle attendait, avec d’autres employés, au rez-de-chaussée de la Cyber Tower I depuis 18h30 vendredi dernier. Elle n’a pas reçu ses salaires pour le mois de décembre 2010 ni pour janvier 2011. Ce qui représente Rs 25 000. Quand elle a appris que ses camarades faisaient un sit-in, elle s’est empressée de se joindre à eux. «Je n’allais pas rester chez moi alors qu’ils se battent pour que nous obtenions nos sous», lance-t-elle.

Bien que la jeune femme garde l’espoir qu’elle touchera, ce lundi, ce qui lui est dû, elle est, par moments, envahie par la crainte que la somme débloquée pour les employés ne soit pas suffisante.

Infinity BPO doit trois mois de salaires, soit environ Rs 70 000 à Varoon, l’un des superviseurs. Il a été recruté par le centre d’appel en 2004. En ce lundi 14 février, Varoon sera peut-être embauché par un autre centre d’appel. Il doit passer un entretien et, s’il est retenu, devra prendre ses fonctions immédiatement. «La vie doit continuer», déclare-t-il.

Mais le jeune homme essaiera tout de même de se libérer un moment pour venir récupérer ses salaires. Suite à la fermeture d’Infinity BPO, ce qui trouble Varoon, c’est de devoir recommencer à zéro ailleurs. Il dit avoir travaillé très dur pendant ses sept ans passés à Infinity BPO pour atteindre le poste de superviseur. Maintenant, il perd toutes ses années de service. Le jeune homme a également participé au sit-in le week-end&nbsp dernier.

Elvina, télé-agent de 22 ans, faisait partie des grévistes de la faim. Elle fait également le sit-in depuis vendredi soir, parce que Grant Thornton ne lui a pas remis la totalité de ses salaires. Il lui manque une partie de sa rémunération pour le mois de janvier. Elvina est employée d’Infinity BPO depuis deux ans et demi. «Si Infinity BPO ne nous paye pas, je pense que nous recommencerons notre grève de la faim», menace-t-elle.

&nbsp

&nbsp

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires