Infidélité: Elle tente de tuer son mari en lui écrasant la tête

Avec le soutien de

Elle soupçonnait son époux de lui être infidèle. Dans un accès de rage, Marceline Riyoux lui a écrasé la tête alors qu’il se trouvait chez celle qui serait sa maîtresse. Grièvement blessée, la victime a été admise à l’hôpital ENT de Vacoas.

 
«Si li reviv, mo pou retouy li !» C’est une femme déchaînée que la police de Grand-Gaube a arrêtée dans la nuit de samedi à dimanche. Soupçonnant son époux, Noël Riyoux, d’infidélité, Marceline Riyoux, âgée de 55 ans, aurait tenté de le tuer en lui écrasant la tête avec une grosse pierre. Ce dernier, âgé de 59 ans, se trouvait alors au domicile de son «amie» à Camp-Madras, Grand-Gaube. Grièvement blessé, le quinquagénaire a été admis à l’hôpital ENT de Vacoas. Son épouse, elle, a comparu en cour de Mapou hier lundi 16 septembre. Une accusation provisoire de «serious assault» a été retenue contre elle. Cette habitante de Grand-Gaube a obtenu la liberté conditionnelle  après avoir fourni une caution de Rs 8 000 et signé une reconnaissance de dettes de Rs 15 000. 
 
C’est vers minuit samedi que «l’amie» de Noël Riyoux a découvert le corps inerte de ce dernier, sous la véranda devant sa maison. Elle rentrait d’une fête avec des proches. Noël Riyoux gisait sur le dos dans une mare de sang, inconscient. Une pierre se trouvait à ses côtés. Du sang s’était répandu tout autour, sur des rideaux et des meubles, témoignant d’une violence singulière.
 
«Le portail était entrouvert et Marceline a tenté de fuir en nous voyant», confie «l’amie» de Noël Riyoux. Cette veuve, âgée de 60 ans, est celle que la prévenue soupçonne d’être la maîtresse de son mari. La sexagénaire et ses proches l’ont empêchée de prendre la fuite et ont sollicité l’aide de la police et du SAMU. «J’ai essayé de stopper l’hémorragie en attendant», a indiqué la fille de la sexagénaire.
 
La victime a eu le nez et la mâchoire complètement écrasés. Elle a aussi subi des blessures aux yeux. «Il allait sans doute mourir si on était rentré plus tard», soupire son «amie». Selon ses dires, cela fait environ trente ans qu’elle entretient une «formidable amitié» avec la victime. Mais que faisait Noël Riyoux à son domicile à une heure aussi tardive ? «Il a l’habitude de venir chez moi. Je considère qu’il fait partie de ma famille», répond-elle sèchement.
En fait, Noël Riyoux venait de se quereller avec son épouse. «Il avait enfermé ma mère à l’extérieur de la maison et a pris les clés en partant», explique Annecesse, la fille de la victime. Furieuse, Marceline aurait suivi son mari discrètement afin de voir où il se rendait. Et lorsqu’elle l’a surpris devant le domicile de la veuve, elle s’est mise à hurler. «Mon père a une clé de la maison de la veuve. Lin dir mo mama so lakaz sa ek li pe al dormi laba !» s’insurge Annecesse Riyoux. Sous l’emprise de la colère, Marceline Riyoux aurait alors tenté de tuer son mari «infidèle», en lui assénant plusieurs coups à la tête. La fille de la prévenue confie que cela fait environ 16 ans que son père entretient une liaison extraconjugale avec la veuve. «Il nous l’a déjà avoué. Ma mère, elle, l’aime tellement qu’elle ne peut imaginer de vivre sans lui après 36 ans de mariage», soupire-t-elle.
Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires