Industrie sucrière : Une confrontation entre la plateforme syndicale et la MSPA inévitable

Avec le soutien de

Les membres de la plateforme syndicale&nbsp de l’industrie sucrière se sont réunis, le mardi 23 février. Ils ont étudié le rapport financier&nbsp que leur a fourni de la Mauritius Sugar Producers Association (MSPA). Ils mobilisent les syndiqués avant d’entamer la prochaine phase des négociations.&nbsp

Le torchon brûle entre la plateforme syndicale, comprenant la Sugar Industry Labourers Union (SILU), l’Union of Artisans of the Sugar Industry (UASI), l’Artisan et General Workers Union (AGWU) et l’Organisation pour l’Unité des Artisans (OUA), et la MSPA. Les syndicats&nbsp reprochent à l’association patronale de leur avoir fourni des informations incomplètes. Ils se disent aussi mécontents de l’annulation d’une rencontre MSPA-syndicats prévue pour le lundi 22 février.

A la MSPA, on dit ne pas comprendre la colère des syndicats.&nbsp Jean Li, porte-parole de la MSPA,&nbsp s’explique au sujet de l’annulation qui fait controverse: « J’ai reçu la demande des syndicats pour une réunion le matin du vendredi 19 février. Je leur ai fait comprendre que je ne pourrai pas y assister en raison des contraintes de temps ».&nbsp

Le&nbsp porte-parole de la MSPA déclare également que l’association patronale étudie en ce moment la demande de la Planters Workers Union qui réclame le statut de représentant unique des ouvriers agricoles à la table des négociations.&nbsp Ashock Subron affirme, pour sa part, «&nbsp qu’il y a une connivence entre&nbsp la PWU et la MSPA ».

Une allégation que réfute catégoriquement Jean Li. «C’est Ashock Subron qui le dit et c’est inimaginable que nous soyons de connivence avec la PWU. Nous ne faisons qu’analyser leur demande d’être considéré comme&nbsp l’unique représentant des ouvriers agricoles lors&nbsp des négociations. Ashock Subron aura à assumer ses propos. A la MSPA, nous travaillons selon un code de conduite bien précis, et nous n’avons pas d’autres agendas », conclut Jean Li.

Le&nbsp porte-parole de la plateforme syndicale, ne l’entend pas de cette oreille.&nbsp «les propriétaires d’établissements sucriers auront la riposte qu’ils méritent.» La riposte en question a été à l’ordre du jour d’une réunion entre les différents syndicats, le mardi 23 février. «Nous avons commencé à consulter nos délégués à travers l’île pour discuter de la marche à suivre. Nous annoncerons une série d’actions au début de la semaine prochaine», déclare Ashock Subron.

Le syndicaliste promet de revenir sur les rapports financiers des compagnies sucrières pour l’année 2008. Un rapport qui a été soumis le 8 février aux dirigeants syndicaux, après un ordre du Tribunal d’arbitrage. Selon eux, ce rapport serait «tronqué»&nbsp il s’agirait, à leur avis,&nbsp donc d’une une manipulation des chiffres.

«Le rapport mentionne que les établissements&nbsp sucriers ont payé Rs 1,4 milliard de dividendes pour l’année 2008. Et ils viennent nous dire que les finances sont au plus bas. Puis, le rapport précise que cet argent vient en grande partie de la vente des terres agricoles, et non directement de l’activité sucrière.», soutient Ashock Subron.&nbsp

La prochaine étape des négociations aurait dû normalement porter sur une augmentation salariale et une amélioration des conditions de travail des employés de l’industrie sucrière.

&nbspLa confrontation entre la plateforme syndicale et la MSPA paraît inévitable. Les syndicalistes «mobilisent leurs délégués pour préparer leur riposte ». La semaine prochaine sera donc un tournant décisif pour les négociations syndicats-MSPA.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires