Indra Rengasawmi, 63 ans, passagère du Costa Allegra : « J’avais peur pour mes proches »

Avec le soutien de

Elle était parmi les 15 Mauriciens à bord du paquebot qui a subi une panne de moteur suite à un incendie le lundi 27 février au large des Seychelles. Rentrée au pays cet après-midi, Indra Rengasawmi (photo) raconte la vie à bord. Et ses angoisses.
 
Maurice enfin ! Indra Rengasawmi, 63 ans, peut désormais dormir sur ses deux oreilles. Rentrée des Seychelles ce samedi 3 mars après son périple sur le Costa Allegra, cette infirmière de Belle-Rose avait davantage peur de ce que pouvait ressentir sa famille que de la panne de moteur du paquebot qui l’a contrainte à dériver dans l’océan Indien, des heures durant, le lundi 27 février. Et cela suite à une panne dans la salle des générateurs.

« Il était aux alentours de 14 heures. J’allais descendre au restaurant avec mon amie pour le déjeuner quand on a entendu la sirène retentir. Un des employés nous a dit que c’était un exercice de simulation. Comme on l’avait déjà fait quand on est monté à bord, on a suivi la consigne et on est monté sur le pont », relate la mère de famille. Ce n’est qu’une fois sur le pont, arrimée à son gilet de sauvetage, que la nouvelle de l’incendie et de l’incapacité à redémarrer les moteurs lui a été annoncée.

La croisière tant rêvée avec son amie de longue date venait de tomber à l’eau. Une semaine de bonheur venait de tourner court. Alors qu’Indra Rengasawmi était montée à bord le lundi 20 février et que la croisière ne devait s’achever qu’au bout de quinze jours.

Sur le coup, la sexagénaire prend bien la chose mais elle se demande quand même comment le paquebot va toucher terre sans moteur. Ils sont alors à 200 milles nautiques des Seychelles. Il n’y a plus d’électricité et la chaleur se fait sentir. Pas question d’entrer dans les entrailles du navire, il faut rester à l’air libre. Ce n’est que lorsqu’un Dornier de l’armée de l’air indienne survole le navire à plusieurs reprises que l’angoisse laisse la place au soulagement. D’autant que la venue d’un remorqueur est alors annoncée. « Si l’armée était là, nous étions sauvés. Ce qui me taraudait le plus à ce moment-là, c’était de penser à ce que pouvaient ressentir mes proches en apprenant que je dérivais au beau milieu de l’océan », glisse Indra.

La croisière ne s’amuse plus et chacun sur le pont guette la venue du remorqueur. C’est plutôt un thonier français, le Trevignon, qui se pointe vers les 2 heures du matin. Sauf qu’avec l’obscurité, l’arrimage ne peut se faire. Il faut attendre le lendemain matin. Là encore, vogue la galère car le thonier file à quelque 5 nœuds à l’heure, soit 9,2 km/h.

Sur le pont, aucune activité n’était de rigueur. Chacun retrouve le goût de la conversation avec son voisin. Mais pour ce qui est de la nourriture, la première nuit, il a fallu se contenter de sandwiches. Puis, des vivres largués par les autorités seychelloises. Dans pareil cas, il ne faut pas faire la fine bouche. Pour se doucher, une cabine de fortune a été dressée à côté de la piscine. Pour ceux qui veulent aller se soulager en faisant un « grand tour », explique Indra, il faut monter sur des WC improvisés qui donnent directement sur l’océan... « On disait aux gens de faire attention », sourit-elle.

Jeudi, Indra a finalement touché terre et c’est dans une villa de l’hôtel Hilton, sur l’île Silhouette, qu’elle a pu se remettre de ses émotions. Au choix, elle pouvait demeurer deux semaines dans l’archipel ou rentrer à Maurice, Costa Crociere ayant décidé de lui rembourser trois fois le prix du voyage.

Sur les 15 Mauriciens à bord, 11 sont rentrés, le reste ayant décidé de monter à Paris où ils avaient prévu de terminer leurs vacances. Pour Indra, l’important était de retrouver la famille. Elle ne compte pas abandonner l’idée de refaire une croisière. Avant de monter à bord du Costa Allegra, sa première fois, elle avait bien pesé le pour et le contre. Et pour cause, il y a eu le drame du Costa Concordia. Mais c’est la vie, dit-elle, et il faut prendre ses aléas avec le sourire.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires