Indian Ocean Rim : la sécurité maritime et la coopération économique au centre des préoccupations des pays membres

Avec le soutien de

Les pays membres de l’IOR-ARC se sont donné rendez-vous pour la deuxième fois pour la relance de cette association des pays de l’Océan Indien. Sudhir Vyas secrétaire pour les affaires économiques au ministère indien des affaires étrangères, a évoqué la question de la piraterie comme une question centrale.

La sécurité maritime et la sécurité dans le climat des affaires. Deux priorités que le secrétaire pour les affaires économiques au ministère indien des affaires étrangères, Sudhir Vyas, a mis l’accent lors de l’inauguration du secrétariat de l’Indian Ocean Rim Association for Regional Corporation (IOR-ARC), au bâtiment Nexteracom à Ebène ce lundi 7 mai 2012.

Sudhir Vyas a souligné dans son allocution, que tous les pays membres du bassin de l’océan Indien ont leurs mots à dire. « L’Inde et tous les pays membres sont appelés à travailler étroitement pour faire évoluer le potentiel de chacun dans le domaine de sécurité maritime, dont la piraterie est une menace constante », souligne ce haut fonctionnaire de l’Inde.

Egalement président du groupe de haut fonctionnaire de l’IOR-ARC, qui sont en conférence depuis ce lundi, Sudhir Vyas, souligne que cette association est l’unique plateforme qui regroupe les pays de trois continents, soit de l’Afrique, de l’Orient et de l’Asie. « Maurice a eu un rôle important à jouer pour créer cette coopération entre pays membres, il y a 15 ans. C’est d’ailleurs à Maurice qui revient l’initiative de relancer l’IOR-ARC », fait ressortir Sudhir Vyas.

Pour Arvin Boolell, le ministre des affaires étrangères, l’IOR-ARC est un pont qui relie plusieurs pays du bassin océan Indien. « Les 19 pays devront travailler ensemble sur des dossiers prioritaires, notamment sur la piraterie. Il est désormais important de regarder dans une même direction. Et renforcer nos efforts en matière de piraterie et de coopération économique », affirme ce dernier.

Le chef de la diplomatie mauricienne a plaidé pour que l’IOR-ARC sollicite un statut d’observateur auprès de l’Union Africaine, de la SADC et du COMESA. Le but c’est d’intégrer ces groupes de travail sur les questions d’ordre sécuritaire et pour les investissements.

Le secrétaire General K.V Bhagirah secrétaire générale de l’IOR-ARC affirme de son côté que les états membres vont se pencher sur les dossiers classés en priorité.

&nbsp

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires