Inculpation Joomaye - Soodhun : Bérenger dénonce une dérive vers un Etat policier

Avec le soutien de

De sévères critiques ont été émises par le leader de l’opposition, Paul Bérenger, à l’encontre de la police pour sa façon de faire dans le cadre de l’interrogatoire du Dr Zuberr Joomaye et de celui de l’ex-ministre Showkutally Soodhun. Il appelle le Premier ministre à mettre fin à une dérive autoritaire.

Lors d’un point de presse, à l’hôtel le Saint-Georges, Port-Louis, ce jeudi 29 septembre, le leader de l’opposition a sévèrement critiqué la police pour sa façon de faire dans le cadre de l’interrogatoire du Dr Zuberr Joomaye et l’ex-ministre Showkutally Soodhun.

Ces deux personnalités ont été entendues dans le cadre de l’enquête qui a suivi une plainte du Premier ministre contre Paul Bérenger. Ce dernier avait, le 2 juillet dernier, avancé qu’il tenait de sources ministérielles des informations à l’effet que Navin Ramgoolam était intervenu pour favoriser l’achat de la clinique MedPoint par l’Etat.

Paul Bérenger trouve les pratiques policières dans le contexte de cette enquête « indignes d’une démocratie ». Il estime qu’elles constituent une atteinte à la liberté d’expression. Le leader de l’opposition est d’avis qu’il est difficile de penser que les pratiques qu’il dénonce sont le fait d’un excès de zèle de la part des policiers et que le feu vert du Premier ministre n’ait pas été recherché. « Dans sa panique Navin Ramgoolam voit des complots partout et il demande à la police de jouer un rôle politique. »

Revenant sur le déroulement de l’enquête concernant le Dr Zuberr Joomaye et l’ex-ministre Showkutally Soodhun, Paul Bérenger a rappelé que tout a débuté avec la plainte du Premier ministre l’accusant de propagation de fausses nouvelles. Toutefois, note-t-il, le délit reproché a été changé. « Il est devenu dans un premier temps, complot pour déstabiliser le gouvernement avant d’être finalement formulé comme un complot pour fabriquer des fausses accusations pouvant nuire à l’intégrité du chef du gouvernement », a-t-il dit.

Le leader du MMM a déploré la façon dont l’interrogatoire du Dr Joomaye et celui de Showkutally Soodhun ont été menés. Il a aussi déploré le fait que la convocation émise par la police à l’intention du Dr Joomaye ait été déposée chez les parents de ce dernier qui sont des personnes âgées.

La magistrate Gayan-Jaulimsing qui a libéré Showkutally Soodhun sur parole a été félicitée. « Il est clair que c’est un jour d’honneur pour le judiciaire. La population peut compter sur le judiciaire pour faire barrage à l’Etat policier que certains veulent instituer » a déclaré Paul Bérenger.

Le leader de l’opposition a lancé un appel au Premier ministre pour lui demander « de mettre fin au glissement vers un état policier. Il faut un retour à une police républicaine qui ne sera pas au service du Parti Travailliste. »

A la fin de la conférence de presse, Paul Bérenger a annoncé que le Dr Zuberr Joomaye a été coopté au bureau politique du MMM.
Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires