Incidents à Quatre Bornes : Nita Deerpalsing accuse des policiers de faire preuve de parti pris

Avec le soutien de

Nita Deerpalsing (photo), la députée de Belle-Rose-Quatre-Bornes contre-attaque. Elle explique être uniquement intervenue dans l’expulsion d’un marchand de briani suite à un appel à l’aide de la fille de ce dernier. Elle reconnaît qu’une remarque sarcastique à l’adresse des policiers a pu déplaire à ces derniers.

La députée travailliste Nita Deerpalsing a-t-elle empêché la police de Quatre-Bornes de bien faire son travail ? En tout cas, des policiers qui délogeaient un marchand ambulant dans la soirée du mardi 20 décembre devant la banque HSBC ont consigné une déposition contre elle suite à son intervention.

Les policiers estiment que la situation aurait pu déraper et déplorent la manière de faire de la députée de la circonscription No 18 (Belle-Rose/Quatre-Bornes). La porte-parole de l’alliance gouvernementale s’indigne, elle, contre cette plainte, estimant farfelue la réaction des policiers.

Nita Deerpalsing dit avoir uniquement demandé aux policiers pourquoi ils ont décidé de s’en prendre à ce marchand de briani en particulier alors que trois autres travaillaient plus loin. Non sans mentionner la présence des prostituées sur les trottoirs de la Ville des Fleurs.

« Je conduisais à hauteur du rond-point de St-Jean vers 19 heures quand j’ai reçu un appel. Une dame en pleurs m’a réclamé de l’aide pour emmener son père à l’hôpital. Elle disait qu’il avait été brutalisé par la police. Je lui ai demandé où elle se trouvait, elle m’a qu’ils se trouvaient à côté de la HSBC », relate la députée.

Sur place, elle tombe sur sept policiers qui entourent le marchand de briani et sa fille. L’homme était assis à même le trottoir, dans un état second. Elle interpelle les sept agents sur place qui l’informent qu’ils sont en train d’évacuer les marchands et que seul celui-ci ne veut pas collaborer.

La fille intervient, soutenant que d’autres marchands de briani travaillent davantage et que la police semble les avoir pris en grippe. Le ton est monté d’un cran et Nita Deerpalsing déclare avoir demandé à la femme de se calmer. Et à la police de ne pas faire preuve de parti pris.

Nita Deerpalsing admet que sa remarque quant à l’action de la police vis-à-vis des prostituées ait pu leur déplaire. « Monn dir dan enn fason sarkastik kitfwa sa lerla tro tar pou zot, sa lerla zot bizin dormi dan station… », admet-elle. Et de leur avoir dit qu’elle ne comprend pas pourquoi il fallait sept policiers pour déloger un seul marchand.

« Cette histoire est vraiment rocambolesque. Je ne faisais que mon travail. Est-ce que j’aurais dû ignorer l’appel à l’aide de la dame ? » se demande Nita Deerpalsing qui a évoqué cet incident sur la page Facebook du Parti Travailliste, estimant que « dimun mank rol dan sa pei-la.. »

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires