Hommage : Un coffret des chansons de Bam Cuttayen huit ans après sa mort

Avec le soutien de

La Fondation Bam-Cuttayen compte produire un coffret des réalisations du chanteur engagé. Ses proches ont procédé, ce dimanche 25 juillet, au dévoilement de la nouvelle tombe du poète-chanteur, à St-Martin.

Une trentaine de personnes étaient réunies ce dimanche après-midi, à St-Martin, pour assister à la cérémonie et pour rendre hommage au chanteur engagé, pour le huitième anniversaire de son décès. Sur la tombe est écrit : Bam Cuttayen, Artis Angazé, des paroles de l’artiste : Kit enn tras lor ou passaz, et le nom de chacun de ses cinq albums produits au cours de ses 25 ans d’engagement. En l’occurrence, Fler Raket, Pei Larm Kuler, Zanfan Later, Brin Soley et Parol Anvolé.

Plusieurs amis et proches ont, l’un après l’autre, pris la parole pour rendre hommage au poète-chanteur disparu. Ils sont unanimes : «Bam, pa pou gagn so segon», conviennent-ils. Selon eux, l’artiste est parti, mais ses chansons et l’héritage qu’il a laissés sont «immortels».

«Bam, c’est quelqu’un qui a été sincère toute sa vie… Les chansons qu’il a écrites constituent une part importante de la littérature mauricienne... Pourtant, il n’est pas allé à l’école. Il gagnait sa vie en tant que chemisier. C’était un autodidacte, un grand philosophe. Ses chansons sont connues dans l’océan Indien et même en Europe», déclare Deva Ramsamy, porte-parole de la Fondation Bam-Cuttayen.

Il ajoute que la fondation compte réaliser un coffret des réalisations de l’artiste engagé, lequel comprendra un recueil de ses textes et de ses chansons. «Ce sera fait avant le 10ème anniversaire de sa mort», précise-t-il.

Deva Ramsamy confie qu’il n’a qu’un regret concernant son ami Bam Cuttayen. «Un jour, il s’est retrouvé écrasé par la machinerie politique. Les politiciens se sont servis de ses chansons lors de leurs manifestations, et Bam n’a pas reçu un sou pour cela. Ils n’ont pas respecté ses créations. Bam était affilié à aucun parti politique», soutient-il.

Pour un autre ami du chanteur, Sundy Moonesawmy, Bam Cuttayen était «un poète révolutionnaire, qui chantait pour le peuple». «Il a vécu une vie difficile. Il racontait sa souffrance personnelle dans ses chansons et cela a touché les gens», ajoute-t-il. Selon lui, les messages dans les chansons de l’artiste sont toujours d’actualité.

Ceux qui étaient présents au cimetière St-Martin ce dimanche pensent que les textes de Bam Cuttayen devraient être inclus dans les manuels scolaires si le kreol est introduit à l’école.

Les chansons de Bam Cuttayen, qui est né en 1952, constituaient un reflet de l’histoire socioculturelle de Maurice, le chanteur étant aussi connu pour son militantisme. Se faisant défenseur des droits de l’homme et de l’humanité, il racontait la misère de la classe ouvrière au quotidien. Il était l’un des premiers chanteurs engagés et se fit connaître au sein du groupe Soley Ruz, apparenté à l’époque au Mouvement militant mauricien socialiste progressiste (MMMSP).

Lors l’une de ses premières apparitions lors d’un spectacle culturel, il interpréta Diego, pour dénoncer l’occupation de Diego Garcia et l’exil forcé des Chagossiens. Cette chanson devint vite très populaire tant pour sa mélodie que pour ses paroles qui constituaient un réquisitoire contre le néocolonialisme.

La musique des chansons de Bam Cuttayen constituait un métissage avant-gardiste avec des mélodies africaines, indiennes et européennes.

&nbsp

Publicité
Publicité
Lexpress deals logo

Retrouvez les meilleurs deals de vos enseignes préférées.

Lexpress deals brochure
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x