Hedging sur les carburants : Les découverts bancaires coûteront Rs 250 millions à la STC

Avec le soutien de

La State Trading Corporation (STC) a eu recours à des emprunts et des découverts bancaires pour financer les Rs 4,7 milliards de pertes découlant de l’exercice de hedging sur les produits pétroliers. Les intérêts payables sur ces transactions s’élèvent à Rs 250 millions.
&nbsp
Les emprunts et les découverts bancaires effectués par la STC pour financer les pertes encourues suite à l’exercice de hedging sur les produits pétroliers auront certainement un coût additionnel pour la corporation. Les intérêts payables aux cinq banques qui ont financé ces pertes s’élèvent à un peu moins de Rs 250 millions.

Au niveau de la STC, on estime que c’est un très bon deal obtenu des banquiers habituels de la corporation. Etant une trading institution, la plus importante sur le marché local, la STC bénéficiait déjà de lignes de crédit extrêmement avantageuses auprès de ses banquiers.

Ce sont justement ces lignes de crédits qui ont été utilisées pour payer les négociants de produits pétroliers. Ainsi, le coût total de l’exercice du hedging ne dépasse pas la barre des Rs 5 milliards.

Par ailleurs, le ministre de l’Industrie et du Commerce, Showkutally Soodhun, a déclaré, mardi dernier, en réponse à une interpellation du député de l’opposition Kee Chong Li Kwong Wing, que la STC avait déjà remboursé ce qu’il devait aux négociants de produits pétroliers en juillet 2009. En l’occurrence, une somme de Rs 4,7 milliards.

Le consommateur paye, lui, depuis juillet 2009, une charge additionnelle sur chaque litre de carburant vendu à la pompe pour financer le remboursement des dettes de la STC. Cette charge était de Rs 3 par litre jusqu’à ce qu’elle passe à Re 1 pour le diesel et à Re 1,25 pour l’essence le 29 mars dernier. L’annonce avait été faite au Parlement par le ministre des Finances, Pravind Jugnauth, alors qu’il répondait à la Private Notice Question (PNQ) axée sur la cherté de la vie.

Si le 30 novembre 2010, le ministre Soodhun avait annoncé que la fin des prélèvements interviendrait en avril 2012, cependant, lors de la séance parlementaire du mardi 19 avril, il est revenu sur cette déclaration. Indiquant, cette fois, qu’il ne pouvait plus donner de date suite à la décision du ministre des Finances de réduire la charge sur les produits pétroliers.

Selon les informations recueillies par lexpress.mu, avec le taux de prélèvement actuel, le consommateur sera taxé pendant encore 40 mois pour recouvrer les Rs 1,2 milliards restants, soit Rs 30 millions par mois.

Publicité
Publicité
e-brochures.mu logo

Retrouvez les meilleurs deals de vos enseignes préférées.

e-brochures.mu icon
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x