Hausse du Trade Fee: les commerçants ne lâchent pas prise

Avec le soutien de

Des commerçants rassemblés devant le Parlement, ce lundi 20 janvier, pour faire part de leur mécontentement quant à la hausse du Trade Fee.

Ils sont une cinquantaine à avoir manifesté ce lundi 20 janvier contre la hausse du Trade Fee. Ces membres de différentes associations de commerçants ne comptent pas s’arrêter là. Bataille légale, lettre au Premier ministre… Ils redoublent d’initiatives pour que les autorités fassent marche arrière.

«Trade fee bizin aboli», «Nou business finn tombe»… Des commerçants mécontents munis de pancartes ont fait montre de leur colère devant le Parlement à Port-Louis, aujourd’hui, lundi 20 janvier. Ils contestent la majoration du Trade Fee.qui, dans certains cas accusent même une hausse de 300 %.Outre leur manifestation tenue à 11 heures, ces commerçants ont également déposé une lettre au bureau du ministre des Finances. La Shop Owners’ Association va, elle, jurer un affidavit en cour suprême, demain. Tous, ils refusent de payer le Trade Fee.

 «Je dois maintenant trouver la somme de Rs 2 500 pour m’acquitter de la taxe commerciale. Je peine déjà à joindre les deux bouts. Où est-ce que je vais trouver cet argent ?» s’insurge Nazma Balgobin qui vend des gâteaux. Et de s’en prendre au ministre Hervé Aimée. «Si ce n’est pas lui qui a augmenté le Trade Fee, d’où vient cette hausse alors ?» se demande-t-elle.  

A un autre commerçant de se demander : «On nous demande de payer cette somme avec six mois d’avance. Qu’arrive-t-il si l’on meurt entre-temps ? Qui héritera de cet argent ?»

Selon Santosh Ramnauth, président du Shop Owners’ Association, la hausse va même jusqu’à 300 % à 400 % dans certains cas. «Ce, alors que les autorités parlent d’une hausse de 20 %. Le gouvernement doit encourager les gens à apporter des développements. Comment y parvenir si on a trop de frais à payer ?»

«Le gouvernement augmente la taxe pour financer des éléphants blancs. C’est vrai qu’il faut remplir la caisse du gouvernement, mais il y a une manière de faire»,est pour sa part d’avis  Jayen Chellum, secrétaire général de l’Association des consommateurs de l’île Maurice (ACIM). Ce dernier était également présent à la manifestation de ce lundi.  

Pour sa part, Raj Appadu, président de l’association des commerçants de l’île Maurice, a réitéré que cette hausse est «injustifiée» et «exagérée». Une lettre a ainsi été déposée chez le ministre des Finances en l’absence du Premier ministre. Et «même si le vice-Premier ministre Rashid Beebeejaun était au pays, ce n’était pas à lui qu’on allait soumettre cette lettre. Il s’était rangé auprès des marsan illegal», a ajouté Raj Appadu.

Et d’indiquer que les commerçants sont ouverts à la négociation. Mais il lance quand même une menace à peine voilée : «Les commerçants constituent une force dans le pays. S’il faut donner des mots d’ordres, on n’hésitera pas… »

Publicité
Publicité
Soutenez lexpress.mu

Pendant cette période post-confinement et en attendant que les nuages économiques associés au Covid-19 se dissipent, profitez de l’express, Business Mag, Weekly, 5-Plus Dimanche, de tous vos magazines préférés et de plus de 50 titres de la presse Française, Afrique et Ocean indien sur KIOSK.LASENTINELLE.MU.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous !

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x